Attentats : la demande en agents de sécurité en hausse

Les agents de sécurité sont présents dans tous les lieux accueillant du public / © T. Bréhier
Les agents de sécurité sont présents dans tous les lieux accueillant du public / © T. Bréhier

Depuis les attentats de Paris, la sécurité est renforcée dans tous les lieux publics ou privés. En Bretagne, les sociétés de gardiennage sont très sollicitées. Mais pas facile de répondre à une demande aussi importante car le nombre de personnes formées chaque année est insuffisant.

Par Thierry Peigné

Que ce soit dans une administration, dans un centre commercial ou encore à l'entrée d'une salle de spectacle, il n'y a pas un lieu accueillant du public où l'entrée depuis samedi n'est pas soumise à un contrôle de votre sac ou à une palpation corporelle. Les agents de sécurité, dans tous ces espaces, ont soit été multipliés ou mis en place s'ils n'existaient pas auparavant.

Et comme dans tout l'Hexagone, la Bretagne n'échappe pas à cette forte hausse de la demande en agents pour surveiller et contrôler les personnes. Un phénomène que la profession avait déjà connu en janvier suite aux attentats de Charlie Hebdo, mais qui est beaucoup plus massif et rapide cette fois ci.

Par exemple, la société Arka Sentinelle Prévention, basée à Cesson-Sévigné près de Rennes, a du recruter 15 agents supplémentaires, elle qui emploie déjà 40 CDI. 

Difficulté de répondre à la demande

Le problème est que les besoins en personnel dépassent les capacités de recrutement des salariés. L'exercice de la profession d'agent de sécurité privé est en effet soumis depuis 2009 à l'obtention d'une carte professionnelle et d'une autorisation préfectorale, sanctionnant une formation de 140 heures. 

9 centres de formation en Bretagne

En Bretagne seuls 9 centres, publics ou privés assurent cette formation nécessaire. Entre 300 et 400 agents sont formés chaque année alors qu'il en faudrait le double. Un déficit qui ne risque pas de se résorber face a la menace terroriste.

Pas formés aux risques terroristes

Si les agents sont formés au droit, aux techniques de palpation, ou encore à la gestion des conflits, en revanche, rien sur le terrorisme. Pourtant ces agents sans arme peuvent se retrouver en première ligne lors d'attentats. Le Syndicat national des entreprises de sécurité (Snes) a confirmé ce lundi qu'au moins 14 vigiles avaient été blessés dans les attaques de vendredi à Paris.

Forte hausse de la demande en agents de sécurité
Lieu : Rennes (35) - Sandrine Treton-Desblés, responsable agence CPAM Fréville - Lieu : Cesson-Sévigné (35) - Dominique Goldschmidt, gérant Arka Sentinelle Prévention - Christophe Perrier, responsable formation EFITEC / Reporatge : I. Rettig - T. Bréhier

 

Restez informés en temps réel
Intervention du Raid à Saint-Denis : suivez la situation en direct ICI
Toutes nos vidéos
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus