Breizh ski roues. "Ici, on arrête de skier seulement quand il neige !"

Ce premier week-end de vacances de février, certains ont passé des heures sur la route et dans les embouteillages pour rejoindre les stations de montagne. Cécile, Didier et Jean-Marc, eux, ont parcouru quelques kilomètres à peine pour chausser les skis. Départ des pistes à 10 h sur le parking de l’université de Beaulieu, à Rennes. Altitude 47 mètres… et plaisir garanti !

Le club a été fondé en 1991 par une passionnée de ski qui n’en pouvait plus d’attendre le mois de février pour glisser. Du ski, elle voulait en faire toute l’année !

Un jour, dans un Jura déserté par les flocons, elle avait découvert le ski roues. Elle a ramené les skis, la technique et initié ses proches. Le Breizh ski roues est parti… comme sur des roulettes !  

Sur le bitume, la glisse !

 

Depuis, tous les dimanches matin, un petit groupe se retrouve au pied des pistes de l’Université de Rennes Beaulieu. Altitude 47 mètres.

Aujourd’hui, pas besoin de crème solaire ! Le soleil descend en grosse goutte sur les skieurs, mais ils enfilent les chaussures et chaussent les skis.

Des poutres sous lesquelles sont fixées des roulettes à chaque extrémité. Le ski roues ressemble au ski de fond. L’avant de la chaussure est fixée mais le talon est complètement libre. Les skieurs s’échauffent sur le parking … et en piste !  

En piste !

 

Le drelin-drelin de la clarine, la petite cloche de montagne, annonce l’ouverture de l’entrainement. Le club compte aujourd’hui 25 membres. Les courageux du jour s’élancent ! Didier Moreau est moniteur au Breizh ski roues, il montre les gestes, et donne le rythme.

Ce matin, pour se mettre en jambes, c’est slalom spécial ! Des plots disposés sur le parking marquent les portes. Les skieurs passent d’une jambe sur l’autre. Certains ont goûté aux vrais plaisirs de la neige cet hiver, Jean-Marc lui, ne part plus à la montagne. Il retrouve ici tous les plaisirs de la glisse !

Après le slalom, vient le moment de vraiment dévaler toutes les pentes de l’université. Les vertes, les bleues…  à Rennes, rouges et noires sont réservées aux footballeurs !

Lire aussi : Menez Are 400 : enfin une station de ski en Bretagne ?

 

Première étoile en vue

Evidemment, la neige et les paysages manquent un peu. Que les skieurs montent ou descendent, ils n’ont sous les yeux que du bitume et des bâtiments. Ce soir, en rentrant, ils n’auront pas de vin chaud, pas non plus de fondue, ni de tartiflette… mais ils s’amusent et se dépensent…   

Pour les uns, le ski roues, c’est un moyen de se maintenir en forme, pour les autres, une façon de se préparer à aller sur les pistes. "Le planter du bâton", rappelle le moniteur… le tungstène sonne sur l’asphalte, et il fonce, tout schuss !

"L’avantage, sourit Cécile Gervais, c’est que nous le goudron, il glisse toujours pareil. A la montagne, la neige, parfois c’est de la glace, parfois c’est de la soupe… ici, on n’a pas de surprise !"

Les skieurs de la station rennaise n’ont peur de rien : ni des avalanches, ni du changement climatique, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il fasse grand beau… ils continueront !

"Ici, rigolent-ils, on arrête de skier seulement quand il neige !"  

(avec Gilles Le Morvan et Karine Hannedouche)