Entre 250 et 300 personnes manifestent à Rennes contre le « racisme institutionnel »

Entre 250 et 300 personnes venant de tout l’ouest se sont donné rendez-vous à Rennes pour dénoncer le « racisme institutionnel ». C’est sous ce terme qu’ils dénoncent le « harcèlement Préfectoral » à l’encontre des sans-papiers.

La coordination régionale Bretagne-Pays-de-la-Loire solidaire des personnes immigrées manifestait ce samedi dans les rues de Rennes pour dénoncer le harcèlement préfectoral que « subissent les personnes étrangères qui demandent l’asile politique ou demandent une carte de séjour ».


La préfecture d’Ille-et-Vilaine est « particulièrement visée » par cette coordination, même si toutes les préfectures sont coupables de « racisme institutionnel» car « ce sont les personnes non européennes qui sont particulièrement visées ».

"On bloque les dossiers des personnes, et cela peut durer plusieurs mois" explique Xavier, de la Coordination solidaire avec les personnes immigrées Bretagne - Pays de la Loire. "Pour des parents d'enfants Français, on est sur une procédure de vérification qui peut durer de un an à trois ans. Pendant cette période ils restent sans possibilité de travailler ou de se loger".