Fusillade à Rennes : un deuxième homme mis en examen et placé en détention

L'homme qui accompagnait l'auteur de la fusillade qui a fait un mort à Rennes, vient d'être mis en examen, a annoncé le procureur de la République. Deux frères avaient été visés par des tirs en pleine rue à Rennes, mercredi 17 mars. 

Le 17 mars 2021 a eu lieu une fusillade devant ce supermarché du quartier de Cleunay à Rennes
Le 17 mars 2021 a eu lieu une fusillade devant ce supermarché du quartier de Cleunay à Rennes © B. Van Wassenhove - France Télévisions

Suite au meurtre par balle à Rennes mercredi 17 mars, le juge d’instruction de la JIRS (juridiction interrégionale spécialisée) a mis en examen l’homme qui accompagnait le tireur, a fait savoir Philippe Astruc, procureur de la République de Rennes dans un communiqué, ce vendredi 26 mars.

Les chefs d'accusation

Il est accusé de complicité de meurtre en bande organisée, complicité de tentative de meurtre en bande organisée, acquisition et détention d’armes de catégorie B et association de malfaiteurs en vue de commettre un crime et des délits punis de dix ans d’emprisonnement. Il encourt à ce titre la réclusion criminelle à perpétuité.

Des tirs devant une supérette en plein jour

Pour rappel, le tireur, âgé de 21 ans, avait été arrêté quelques minutes après avoir visé deux frères d’origine tchétchène en plein après-midi devant le supermarché Carrefour City dans le quartier de Cleunay au sud-ouest de Rennes. Le plus jeune des frères, Hamzat Labazanov, 24 ans est mort. Son frère Souleiman, 25 ans, a été blessé à la jambe.

Le complice arrêté six jours plus tard

L’homme qui accompagnait l’auteur des coups de feu, avait réussi à prendre la fuite. Il avait été interpellé six jours plus tard, le mardi 23 mars. Cet homme né en 2001 a déjà été condamné à plusieurs reprises pour des faits de vols aggravés et de violences aggravées alors qu’il était mineur. Il a été placé en détention provisoire.

Le procureur de la République souligne une augmentation des règlements de comptes en lien avec le trafic de stupéfiants à Rennes. Durant les six premiers mois de 2020, dix faits de ce type ont été enregistrés, contre quatre en 2019 et deux en 2018.

Sur ces dix faits de 2020, huit d’entre eux ont été élucidés, conduisant à la mise en examen de 26 personnes et à l’incarcération de 15 d’entre elles, poursuit Philippe Astruc, le procureur de la République de Rennes dans son communiqué de presse.

Ce lundi 29 mars, il s’exprimera devant le conseil municipal de la Ville sur cette situation.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société police sécurité drogue faits divers trafic