Le plan Local d'Urbanisme de Cesson-Sévigné annulé par le tribunal administratif

L'entrée, très verte, de Cesson-Sévigné / © F3
L'entrée, très verte, de Cesson-Sévigné / © F3

Le maire actuel, qui l'avait dénoncé lorsqu'il était dans l'opposition, ne fera certainement pas appel de cette décision. Le PLU voté avait exagéré l'évolution démographique de la commune, estimée à 8% par an. Problème: une douzaine de projets de constructions neuves devra être revue ou annulée.

Par SG avec Antony Masteau

Chic et tranquille. Une ville-jardin aux portes de Rennes. C'est souvent comme cela que l'on décrit Cesson-Sévigné, 17.000 habitants et élue "Ville la plus sportive" en 2013. Un atout parmi d'autres qui fait que sa population croit chaque année. C'est aussi une réserve foncière pour la Métropole et son expansion.

Le Plan Local d'Urbanisme planifiait 1000 nouveaux logements par an. Une folie pour l'opposition de l'époque, aujourd'hui aux affaires. "C'était totalement déraisonnable", explique Albert Plouhinec, le maire UMP de Cesson-Sévigné, "Aujourd'hui, nous sommes à 200 ou 250 logements par an, et subitement en 2013, nous devions passer à 1000 logements par an".

Le maire et ses équipes vont maintenant devoir résoudre un certain nombre de situations difficiles, car au moins une douzaine de gros projets devant aboutir à la construction de centaines de logements va devoir être revue ou annulée. En jeu : des millions d'euros et des recettes fiscales à la baisse pour la ville.

Pour autant, les riverains des zones concernées eux, sont plutôt satisfaits de la décision du tribunal administratif. "Nous sommes à cinquante mètres de la rue de Rennes, alors on est envahi pas les hauteurs d'immeubles" témoigne Odile, une riveraine d'un projet en cours de réalisation.

Pour d'autres, ce sont des projets de constructions neuves qu'il faudra revoir. "Prenez un terrain de 500 mètres carrés dans la zone de la Morinais" explique Philippe Brossard, le directeur de l'agence Blot Immobilier de Cesson Sévigné, "Jusqu'à il y a quelques jours vous pouviez construire avec une emprise au sol de 187 mètres carrés. Avec l'ancien PLU, vous ne pouvez construire qu'avec 100 mètres carrés d'emprise au sol".

Le PLU de Cesson annulé

L'ancien maire, contacté par téléphone, ne comprend pas la décision du tribunal administratif. Ses projections démographiques et son PLU étaient basés sur un vaste projet de quartier écologique "Via Silva" porté par Rennes Metropole, et en grande partie implanté sur la commune de Cesson-Sévigné. Un projet qui a débuté et qui prévoit l'arrivée de 25.000 nouveaux habitants d'ici 2040.

A lire aussi

Sur le même sujet

Algues vertes : le décès de Thierry Morfoisse reconnu comme accident du travail

Les + Lus