• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Logement : la galère des étudiants avant la rentrée à Rennes

Augustin recherche un logement depuis deux mois. / © Quentin Carudel
Augustin recherche un logement depuis deux mois. / © Quentin Carudel

La fin du mois d'août n'est pas seulement synonyme d'achat de fournitures scolaires pour les écoliers. Pour leurs aînés, il faudra s'armer de patience et de sang-froid pour affronter le marché du logement, saturé dans la capitale bretonne.

Par C.B.

Bientôt la fin de l'été et des vacances, mais certains ne savent toujours pas où ils logeront à la rentrée. De quoi donner des sueurs froides aux futurs étudiants rennais. Malgré d'intenses recherches, il leur est impossible de trouver un toit. La concurrence est rude.
 

Des studios introuvables

Rennes a beau compter près de 67.000 étudiants, elle manque cruellement de logements adéquats aux petits budgets. Les studios et T1 sont très rares et, de fait, ultra-demandés. En cette fin août, "une annonce publiée hier a trouvé son locataire en moins de 24h, dévoile une responsable de l'agence Nestenn. Nous n'avons plus de studios à proposer à la location, l'offre est clairement supérieure à la demande."
Depuis 2018, la situation a changé sur le marché locatif. La nouvelle plateforme Parcoursup' en serait l'une des causes. Les étudiants ne connaissent leur affection que sur le tard. "J'ai eu une maman au téléphone. Sa fille commence des études de kinésithérapeute, elle ne saura que le 2 septembre si elle part à Saint-Brieuc ou à Rennes !"

De plus, les prix ont augmenté sur Rennes depuis quelques années. Les petits budgets étudiants ne peuvent pas se permettre de louer un bien dès le mois de juin.
 

Moins de préavis

Autre cause relatée par cette professionnelle de l'immobilier, la baisse du nombre de préavis. "Nous recevons de moins en moins d'annonces de départ de la part de nos locataires. Lorsque les gens réussissent à louer un appartement, ils préfèrent le garder plutôt qu'aller voir ailleurs, surtout que les prix ont augmenté."

Les étudiants rennais, face à ces problèmes de logement, se tournent en grande partie vers la colocation. Ce sont les propriétaires qui décident de permettre ou non ce type de cohabitation dans leurs biens. Mais l'avantage pécuniaire est non-négligeable. "Une studette de 13m² avec cuisine et salle de bain partagée se loue 330€ quand un T3 d'environ 70m² pour deux revient à partager un loyer de 595€", nous renseigne la responsable de l'agence. Le choix est vite fait !
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'Emmanuel Ethis, recteur de l'académie de Rennes

Les + Lus