Mort de 2 spectateurs lors d'un feu d'artifice à Cholet. Une entreprise de pyrotechnie basée à Guichen assurait la prestation

Publié le Mis à jour le
Écrit par CD avec AFP

Un feu d'artifice a tourné au drame ce jeudi 14 juillet à Cholet dans le Maine-et-Loire. Une jeune femme de 24 ans et son frère de 7 ans y ont perdu la vie. L'entreprise de pyrotechnie en charge de l'événement est basée à Guichen en Ille-et-Vilaine.

Tout savoir sur la Route du Rhum : Route du Rhum 2022

Un garçon de 7 ans et sa sœur de 24 ans ont été tués lors d'un "incident de tir" survenu pendant le feu d'artifice du 14 juillet jeudi à Cholet dans le Maine-et-Loire, qui a également fait sept blessés dont un grave selon un dernier bilan. Aux manettes une entreprise de pyrotechnie de Guichen en Ille-et-Vilaine.

L'enquête, ouverte pour homicide involontaire, devra déterminer les circonstances précises de l'accident, survenu peu après 23h00 "sur un terrain stabilisé près du stade de Cholet", a précisé le procureur de la République d'Angers, Eric Bouillard, joint par l'AFP dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le frère et la sœur assistaient au feu d'artifice avec d'autres membres de leur famille et se trouvaient "à une cinquantaine de mètres du pas de tir" lors de l'accident.

Il est beaucoup trop tôt pour en dire plus.

Eric Bouillard

Procureur de la République d'Angers

Un homme d'une trentaine d'années, grièvement blessé, a été hospitalisé en urgence absolue, ont précisé les pompiers ce vendredi 15 juillet dans la matinée.

Six autres spectateurs, dont les parents des deux victimes, ont été légèrement blessés. Ils ont été hospitalisés en urgence relative, selon le service départemental d'incendie et de secours (Sdis) du Maine-et-Loire.



Interrogé dans la nuit sur les circonstances de l'accident, le procureur a évoqué un "incident de tir", sans plus de précision. "Il est beaucoup trop tôt" pour en dire plus, a-t-il ajouté.

Témoignage

Laurent Picard, venu au feu d'artifice avec ses deux filles de 8 et 13 ans, a assisté à l'accident.

"J'étais à 5/6 mètres de l'explosion avec mes deux filles, j'ai reçu des étincelles et senti la chaleur du souffle, a-t-il témoigné auprès de l'AFP. Heureusement, là où j'étais placé j'ai servi de bouclier à mes filles en quelque sorte".

A la fin de cette vidéo d'un peu plus d'une minute, on voit ce qui ressemble à l'explosion d'une fusée parmi une petite foule massée derrière un grillage, puis des cris et des gens qui courent en tous sens, alors que des flammes sont visibles par terre.

"Est-ce une fusée partie de travers ou qui a explosé en retombant ? C'est arrivé tellement vite, je ne saurais pas dire", a-t-il ajouté.

Feu d'artifice mené à son terme

Peu après l'explosion, M. Picard dit avoir vu un homme allongé sur le sol, apparemment brûlé, et une femme à qui des secouristes faisaient un massage cardiaque.

"Ça criait partout, c'était un peu la panique, se souvient-il, encore choqué. J'ai mis les filles à l'abri. Ça aurait pu être nous ! Je suis profondément impacté et touché par ces deux décès et le blessé grave"



Malgré l'incident, le feu d'artifice a été mené à son terme puis la foule a été dispersée, selon lui. Environ 70 pompiers ont été dépêchés sur place, selon le Courrier de l'ouest.

Le même artificier depuis des années

Le maire de Cholet Gilles Bourdouleix, a expliqué que des membres de la sécurité auraient "conseillé aux personnes" se trouvant à proximité des lieux de l'accident de s'éloigner. 

"La municipalité travaille depuis des années avec l'artificier chargé du feu d'artifice, a-t-il ajouté, et c'est la première fois" qu'un tel drame survient pendant les festivités du 14 juillet à Cholet selon lui.

"C'est un drame épouvantable", a-t-il commenté, joint par l'AFP. L'enquête a été confiée à la Sûreté départementale du Maine-et-Loire et au commissariat de Cholet.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité