Mort de Steve à Nantes. Une "peine de principe" requise à l'encontre du commissaire Chassaing

Lors du quatrième jour de procès du commissaire Chassaing devant le tribunal correctionnel de Rennes, pour homicide involontaire de Steve Maia Caniço à Nantes en 2019, le Procureur de la République a demandé à la cour de le "déclarer coupable".

"Coupable." Lors du quatrième jour de procès du commissaire Grégoire Chassaing pour homicide involontaire de Steve Maia Caniço, mort noyé lors de la Fête de la musique à Nantes en juin 2019, c'était au tour du procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc de faire ses réquisitions.

"M. Chassaing n'est ni un lampiste ni un bouc émissaire. Il est d'évidence celui qui a conduit une action collective, laquelle a créé la situation qui a abouti in fine au décès de Steve", a déclaré Philippe Astruc lors d'un réquisitoire de près de deux heures mené avec le vice-procureur Tanguy Courroye.

Circonstances atténuantes

Le ministère public a trouvé des circonstances atténuantes au commissaire qui était chargé de la sécurisation des quais de Loire lors de la Fête de la musique et dont les effectifs ont lancé d'eux-mêmes de nombreuses grenades, provoquant la chute dans la Loire de cinq personnes, dont Steve, qui ne savait pas nager.

"Si le commissaire divisionnaire Chassaing est seul à comparaître aujourd'hui, il est donc loin d'être le seul dont l'éventuelle responsabilité a été examinée, neuf personnes physiques ou morales ayant été attraites au dossier. Je comprends cependant parfaitement le sentiment qui peut être le sien de se trouver bien seul sur le banc des prévenus, ce qui n'était pas l'option défendue par le ministère public", a rappelé M. Astruc.

"Il ne me paraît clairement pas seul à porter le poids de ce décès", a ajouté le magistrat.

Coupable avec une "peine de principe"

"Je vous demande de déclarer le commissaire divisionnaire Grégoire Chassaing coupable de fait d'homicide involontaire au préjudice de Steve Maia Caniço. Je vous demande de prononcer une peine de principe dont je vous laisse apprécier la nature et le quantum."

À lire : Procès du commissaire Chassaing. Les témoins, des amis de Steve Maia Caniço et des secouristes, détaillent la chronologie des événements.

Me Cécile De Oliveira, avocate de la famille Maia Caniço, a reconnu que le fait de ne pas prononcer de réquisition avec une peine déterminée, sans quantum, était assez "inhabituel".

"Nos clients avaient besoin de ce soutien fort du principe de culpabilité, de cette démonstration forte des responsabilités de Grégoire Chassaing. De ce point de vue là, ils ont été extraordinairement satisfaits", a pour sa part réagi l'autre avocat de la famille, Me William Pineau.

"Manque de discernement et de clairvoyance"

Plus tôt dans la journée, les avocats des parties civiles avaient dénoncé le "manque de discernement et de clairvoyance" du policier. Ce dernier s'est montré sur la défensive toute la matinée lors de son interrogatoire par les avocats de la famille de Steve Maia Caniço avant de terminer en larme.

La plaidoirie de la défense doit intervenir vendredi matin et le jugement sera mis en délibéré.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bretagne
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité