Noël solidaire des Petits Frères des Pauvres. "Il y a 530 000 personnes âgées en situation de mort sociale en France".

durée de la vidéo : 00h02mn29s
Reportage S. Breton/V.Leroux/FTV ©FTV

C'est un peu de chaleur humaine à l'heure où les chiffres de l'isolement font froid dans le dos. Comme chaque année fin décembre, l'association des "Petits Frères des Pauvres" invite les personnes isolées à venir partager un repas de Noël solidaire. Selon l'association, 530 000 personnes âgées en France sont en situation de mort sociale.

C’est la quatrième année qu’il vient prêter main-forte. Depuis un bon mois déjà, Michel peaufine avec ses amis bénévoles le "Noël solidaire" des "Petits Frères des Pauvres"..

Il y a d'abord eu la préparation des cadeaux, l'envoi des invitations, aujourd'hui, c'est le Jour J. À l'occasion du réveillon, le jeune retraité va commencer par aller chercher dans le sud de Rennes quelques-unes des personnes isolées à qui l'association vient en aide régulièrement, pour les amener cette fois au restaurant.  

"On essaie de sortir les gens de leur solitude", explique-t-il au volant de sa voiture. "Ils ont besoin de compagnie, besoin de parler. Noël logiquement, c’est une fête de famille. Comme ils sont seuls, on est un peu devenu leur famille. Aujourd'hui, ils sont heureux. Et même si l'on sait que ce n'est qu'éphémère, on partage un peu de leur bonheur.".

"La solitude, je n’aurais jamais cru que c’était si dur"

Au restaurant, les tables ont été dressées pour 70 convives. Bénévoles et personnes isolées vont partager le même repas, profiter de l’animation. Entre deux conversations avec ses voisines, Annick reconnaît qu'elle est heureuse de voir enfin du monde.

"La solitude, dit-elle, je n’aurais pas cru que c’était si dur. Mon mari n’est plus là. Quand il est mort, je n’ai pas réussi à me faire correctement à manger pendant 6 mois. J’ai fait une dépression. Je ne mangeais que des casse-croûte." 

Quand on rentre et qu’on sait que personne ne nous attend, c’est compliqué. Je sais que ce soir, je serai à nouveau seule. Ce ne sera pas gai, il ne faudra pas je pense que c’est le réveillon. En attendant, ce midi, je profite.

Annick, personne âgée isolée

 Pas très loin à sa table, Jean Claude profite également du moment. "C’est la première fois que je viens. Ma femme est désormais en gériatrie. Pour la fête de Noël, je ne voulais pas rester à la maison, tout seul devant une assiette. Ici, c’est convivial. Ça réchauffe le cœur."  

530 000 personnes âgées en situation de mort sociale 

Selon les chiffres de l’association, qui depuis plus de 70 ans lutte contre l'exclusion des + de 50 ans qui souffrant de solitude, d'isolement, et de précarité, les chiffres sont alarmants. 

Deux millions de personnes âgées n’ont plus de liens avec leurs familles, leurs amis, leurs voisins, ou bien des associations, contre 900 000 en 2017. 530 000 personnes sont même en situation de mort sociale. 

L'association estime aussi que 6,5 millions de personnes âgées de + de 60 ans n’ont personne à qui parler de choses intimes. Et que 3,6 millions d’aînés sont en situation d’exclusion numérique. 

En 2022 en France, les bénévoles des "Petits Frères des Pauvres" ont aidé 27 000 personnes. La moitié environ a participé à des activités régulières, à des fêtes. 2500 aînés ont pu bénéficier d’au moins une journée de vacances.

À l'occasion du réveillon, 206 repas vont être organisés en France. Et près de 6 000 colis distribués.