“La prison est au bord de la rupture” : le cri d'alarme d'un détenu incarcéré à Rennes

Le centre pénitentiaire de Vezin-le-Coquet près de Rennes accueille 922 détenus / © France Télévisions
Le centre pénitentiaire de Vezin-le-Coquet près de Rennes accueille 922 détenus / © France Télévisions

Un détenu du centre pénitentiaire a fait parvenir un message à la presse. Il y explique les conditions de vie à Vezin-le-Coquet dans un contexte d'une extrême tension à cause du coronavirus. 

Par Emilie Colin


"C'est profond, on a un sentiment d'abandon. On est ulcéré de voir les médecins ordonner des barrières d'hygiène, des  consignes sanitaires et voir les surveillants faire tout l'inverse, en nous palpant tous un par un, avec les mêmes gants, avec des fouilles." Ces mots sont ceux d'un détenu du centre pénitentiaire de Vezin-le-Coquet. Il a fait parvenir ce message à la presse. Il y décrit le quotidien, et ses craintes à l'heure du coronavirus. 


"La prison est au bord de la rupture..."


"La prison est au bord de la rupture car l'ennui tue... et le manque des siens, le manque d'activité (culturelle) manque, l'école, le travail manquent... Le sport ensemble manque... On n'a rien pour se changer les idées... On tourne en rond dans des cellules de 10m² à trois... Déjà en famille vous arrivez à vous prendre la tête alors imaginez-vous enfermé avec deux autres co-détenus connus seulement depuis quelque semaines... On va finir par se tuer entre nous. Et les détenus dépendants de leurs drogues, comment les gérer... On ne fait pas la propagande de la drogue mais c'est une réalité trop bien souvent niée. C'est pour cette raison qu'on vous a lancé un cri du cœur en vous remettant une lettre qui est pourvue de bon sens et de demande d'humanité de la part de nos institutions..."

Selon nos informations, les détenus veulent davantage de mesures d'hygiène. Ils auraient même proposé de nettoyer eux-mêmes les parties communes. 
 


Contactée, la direction dit ne pas sous-estimer la peur de ce détenu, tout à fait normale. Les activités ont effectivement été suspendues, comme dans tous les autres établissements pénitentiaires sur le territoire. Elle rappelle que des masques chirurgicaux sont arrivés, portés uniquement en cas de suspicion de la maladie. Des gants sont aussi disponibles. Des démarches sont en cours pour pouvoir approvisionner les cantines (les courses des détenus par semaine)."On ne peut pas inventer des choses qui n'existent pas non plus à l'extérieur en ce moment."

Le centre pénitentiaire de Vezin-le-Coquet compte 922 personnes détenues à ce jour. Dimanche dernier, deux groupes avaient refusé de regagner leur cellule après la promenade, en signe de protestation. 

Ce 26 mars, Nicole Belloubet annonce que 10 détenus ont été testés positifs au coronavirus. 450 présenteraient des symptômes
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus