• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Rennes : 4ème ville de France “où il fait bon étudier”

Les étudiants se prélassent dans le parc du Thabor à Rennes ... sous le soleil ! / © DAMIEN MEYER / AFP
Les étudiants se prélassent dans le parc du Thabor à Rennes ... sous le soleil ! / © DAMIEN MEYER / AFP

La ville de Rennes est en 4ème position du palmarès du magazine "l’Etudiant" qui a dressé un classement des 44 villes françaises "où il fait bon étudier" pour cette rentrée 2018. 

Par Louise Cognard


Comme 44 autres villes françaises, Rennes, a été passée au crible par l’équipe du magazine l’Etudiant en fonction de 15 critères regroupés en cinq catégories : attractivité (évolution du nombre d’étudiants, part d’étudiants de troisième cycle, etc.) ; formation (nombre de formations, taux de réussite en licence, etc.) ; vie étudiante (pourcentage d’étudiants dans la ville, offre culturelle, nombre de bars, etc.) ; cadre de vie (transport en commun, ensoleillement, logement, etc.) ; et, enfin, emploi (emploi total, taux de chômage, etc.).
 

Des étudiants rennais toujours plus nombreux 

Rennes obtient un 10 /10 en attractivité. Elle maintient sa réputation de ville étudiante auprès des bacheliers qui sont chaque année plus nombreux à venir étudier à Rennes. En dix ans, le nombre d’étudiants rennais a augmenté de 23%, si bien qu’ils représentent désormais plus de 20% de la population locale. 

La ville "surfe" sur cette attractivité en proposant une large et dense offre de formations, depuis les licences universitaires aux classes préparatoires. Elle cherche aussi à accompagner les étudiant grâce à des initiatives locales comme la carte Sortir ! ou encore les applications mobiles comme ARennes ou encore RenCircul. Elle obtient d’ailleurs la meilleure note parmi les 44 villes françaises avec 27 points dans la catégorie « formation ».
 

Les étudiants rennais sous la flotte mais en musique 

Alors, où est-ce que le bât blesse ? Rennes n’obtient pas un très bon score pour la catégorie "cadre de vie" car elle est pénalisée par le critère de l’ensoleillement. En 2016, le soleil a brillé 1 727 heures à Rennes, c’est près de 1 000 heures de moins que Montpellier…  Mais pour réchauffer les cœurs, la ville a un remède : soirées concerts, cinéma, festivals, défis divers et variés, plus de cinquante événements culturels ou sportifs sont organisés chaque année. Un seul exemple parmi tant d'autres : le festival annuel des Trans Musicales qui réunit chaque année en décembre près de 60 000 personnes.

Verdict ? Rennes fait toujours partie des villes étudiantes incontournables de l’hexagone et conserve sa quatrième place au classement de l’Etudiant, comme l'année dernière. 
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Saint-Brieuc: au centre, la bataille des élections municipales est lancée

Les + Lus