Rennes : le Collectif des festivals souhaite "une expérimentation des festivals en position debout"

L'assemblée générale du Collectif des festivals revêt un caractère singulier dans ce contexte de crise sanitaire. De nombreux festivals ont été annulés cette année en Bretagne. Les organisateurs se tournent vers l'avenir. Mais quel avenir et sous quelles conditions ?  

 Lors du festival du Bout du Monde en 2019
Lors du festival du Bout du Monde en 2019 © LOIC VENANCE/AFP
Réuni en assemblée générale, à Rennes en Ille-et-Vilaine, le Collectif des festivals - qui regroupe trente-trois festivals bretons comme le festival du Bout du Monde à Crozon, le festival interceltique de Lorient ou encore les Transmusicales de Rennes -, interroge l'avenir dans ce contexte de crise sanitaire. Sonde ses troupes qui, selon la directrice du collectif Maryline Lair, "sont certes encore pleine d'énergie mais commencent aussi à s'épuiser à force de faire, défaire, refaire. Il faut savoir qu'un festival peut être annulé jusqu'au dernier moment".
 


Expérimenter les festivals en position debout


L'incertitude est devenue la règle pour le spectacle vivant. Et quand un festival a lieu, "il fonctionne de manière dégradée, souligne Maryline Lair. Les jauges sont réduites, les propositions artistiques moins nombreuses et le public doit être assis".
La position assise, un écueil pour ce genre de manifestations culturelles. Voila pourquoi le Collectif des festivals aimerait bien que "le sujet soit mis sur la table et pas sous le boisseau. Nous demandons des festivals debout. Or, on nous répond : 'la position debout, on verra plus tard'. Alors qu'une expérimentation serait intéressante à mener, comme ce qui est fait en Allemagne depuis un mois".
 
durée de la vidéo: 00 min 52
Interview Maryline Lair, directrice du Collectif des festivals
 

Que sera 2021 ?


Comment se projeter en 2021 ? Un casse-tête pour les festivals bretons qui sont portés par des associations "et dont le modèle économique repose sur des ressources financières liées à la billetterie et à la vente sur place de consommables" explique la directrice du collectif des festivals. Autrement dit : quand un festival est annulé, la perte est nette et sans appel.
Là encore, l'incertitude pèse sur les épaules et le moral des organisateurs de festivals. "On craint une billetterie à la baisse en 2021" dit Maryline Lair.
durée de la vidéo: 00 min 40
Interview Maryline Lair, directrice du Collectif des festivals



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival événements sorties et loisirs coronavirus/covid-19 santé société culture