• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Rennes : fermeture confirmée du collège de l'Adoration

© N'Fanteh Minteh - France 3 Bretagne
© N'Fanteh Minteh - France 3 Bretagne

La décision de fermer l'Adoration, le plus ancien collège privé de Rennes, a été prise hier soir lors du Comité diocésain, alors que près de 150 personnes manifestaient à l'extérieur.

Par Krystell Veillard

Près de 150 personnes s'étaient rassemblées hier soir devant la maison diocésaine afin de manifester leur opposition à la fermeture annoncée du collège privé de l'Adoration. Le plus vieil établissement de l'enseignement catholique rennais, situé rue d'Antrain. Mais leur protestation n'a pas suffit, la décision a été confirmée. Le collège fermera bien ses portes à la rentrée prochaine et les élèves, ainsi que les 27 enseignants seront répartis dans cinq autres établissements de la métropole de Rennes. En revanche la direction évoque des licenciements dans le cas des 13 agents administratifs et d'entretien.

De lourdes difficultés financières


Les parents se battaient en particulier pour le dispositif très particulier développé à l'Adoration, qui accueille 90 élèves dyslexiques et dyscalculiques. Le comité diocésain a justifié sa décision par de lourdes difficultés financières. Le collège, qui accueille 250 élèves aujourd'hui, en comptait le double il y a vingt ans. Il en faudrait, nous dit la direction diocésaine,  370 à 400 pour que l'établissement soit viable et équilibre ses comptes. L'internat, qui n'hébergeait qu'une quarantaine d'enfants représentait en outre une charge trop lourde. D'autre part, les locaux du collège, anciens, seraient aujourd'hui devenus inadaptés, voire hors norme. 

Interview de Jean-Loup Leber, directeur diocèsain de l'Enseignement catholique d'Ille-et-Vilaine

ITW M. Leber diocèse
Interview Jean-Loup Leber, directeur diocésain - Collège Adoration Rennes


Interview, ce mercredi soir de Laurence Kenaché, mère d'élèves

ITV mère d'élève collège Adoration


A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus