• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Rennes - Monaco : un match nul (2-2) et une ambiance de fête d'après Coupe de France

Rohazon Park lors du match Rennes-Monaco 01/05/19 / © AFP
Rohazon Park lors du match Rennes-Monaco 01/05/19 / © AFP

Hier soir, mercredi 1 mai, Rennes affrontait Monaco en 34ème journée de Ligue 1. Les Rennais étaient encore à la fête après leur victoire en Coupe de France samedi contre le PSG. 

Par M.H avec AFP


Ce mercredi 1 mai, quatre jours après leur exploit face au PSG au Stade de France, les joueurs du Stade Rennais ont présenté la Coupe de France à leurs supporters en fin de match. L'ambiance était au rendez-vous au Roazhon Park avec un public très chaud qui entonnait les chants. Ceux qui avaient connu l'ivresse de la finale s'y voyaient encore et ceux qui n'avaient pu se rendre à Paris tenaient à fêter dans leur stade ce trophée tant attendu depuis 48 ans.
 
Le trophée de la Coupe de France a été brandi par les joueurs sur la pelouse. La chanson de Queen, "We are the champions" a une nouvelle fois résonné dans l'enceinte du stade, reprise à pleins poumons par les supporters. 


Rennes, marque dès la 3ème minute de match ! 

Côté rencontre, c'est le plus jeune joueur titulaire de l'histoire du Stade Rennais, Eduardo Camavinga, 16 ans et 6 mois dans 9 jours, qui a surpris les Monégasques. Plein d'insouciance et de sérieux, il a récupéré les deux ballons relayés avec inspiration par Romain Del Castillo qui ont permis à Adrien Hunou de se fendre d'un doublé (1-0, 3e et 2-0, 9e). Rennes a mené de deux buts avant d'encaisser un doublé de Falcao qui offre un nul (2-2) précieux à Monaco, en match en retard de la 34e journée de Ligue 1.
"C'est toujours un point important, un point important dans la guerre pour le maintien", a souligné après le match Leonardo Jardim, même si son équipe était venue "essayer de prendre les trois points".

Rennes, qui n'a plus rien à espérer ni à craindre du championnat, reste dans la deuxième moitié du classement, à la 11e place avec 44 points.
 Après avoir brisé 48 ans de malédiction samedi en remportant la Coupe de France face au Paris SG (2-2, 6-5 aux t.a.b.), on guettait le relâchement de Bretons privés d'Ismaïla Sarr, Clément Grenier et Mbaye Niang suspendus, de Benjamin André blessé et avec Hatem Ben Arfa sur le banc.
A l'inverse, on attendait une réaction monégasque, après seulement 2 points pris sur les quatre dernières journées. Le scénario a été tout autre, les hommes de Leonardo Jardim se faisant surprendre deux fois en dix minutes par des Rennais euphoriques.
   

La réaction de Julien Stéphan 


"Il nous a manqué aussi d'avoir tué le match", a d'ailleurs regretté Julien Stephan, rappelant que Rennes "est bien placé pour savoir qu'à 0-2 c'est pas terminé", puisqu'ils ont connu ce scénario contre le PSG samedi.
  
"Je pense qu'en deuxième période il nous a manqué un peu d'énergie, il nous a manqué aussi d'avoir tué le match en début de deuxième période avec la grosse occasion de Benjamin Bourigeaud. Je pense que si on marque à ce moment-là, le match est
terminé. On est bien placé pour savoir qu'à 0-2 c'est pas terminé. Ils sont revenus finalement assez logiquement. (Sur la performance d'Eduardo Camavinga, 16 ans et demi). C'est un jeune que je connais bien depuis un moment, qu'on intègre progressivement. Il ne faut pas non plus lui brûler les ailes, mais on sait que c'est un jeune joueur qui a un très gros potentiel, qui va grandir au club et qui va, j'espère pour lui, dans les mois à venir s'installer durablement dans l'équipe. Ces aventures en coupe vont nous coûter quelques places à l'arrivée au classement, mais si avec le 8e budget on arrive à terminer 9e ou 10e, on ne sera pas trop loin de nos objectifs
".


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pierre Karleskind, élu eurodéputé LREM

Les + Lus