Rennes : à nouveau des milliers de manifestants dans la rue contre la réforme des retraites

Le cortège sur les quais de Rennes / © Myriam Thiébaut - France Télévisions
Le cortège sur les quais de Rennes / © Myriam Thiébaut - France Télévisions

Alors que le gouvernement a annoncé ce samedi retirer provisoirement l'âge pivot de 64 ans du projet de loi sur la réforme des retraites, ils étaient à nouveau des milliers à défiler à Rennes, à partir du début d'après-midi.

Par Krystell Veillard


"Ni amendable, ni négociable, retrait, retrait du projet de loi Macron !" "Un projet de société mortifère !" Les slogans se succèdent tout au long du défilé parti de l'Esplanade Charles de Gaulle en début d'après-midi, et qui va ensuite arpenter les rues du centre-ville de Rennes, avec des pancartes proclamant encore "Je ne ferai pas les poubelles pour manger à la retraite" ou "soignante, je veux des lendemains qui chantent" et puis "Nos petits enfants n'en veulent pas de cette réforme" . 

Un cortège en musique, rythmé par les chansons diffusées par la sono et reprises par les manifestants, 5000 selon les organisations syndicales, plutôt 2000 pour les forces de l'ordre. Une mobilisation bien plus calme que celle du jeudi 9 janvier à Rennes.
 

Une mobilisation suspendue aux annonces du gouvernement 


Cette 38e journée de mobilisation contre la réforme des retraites, comme partout sur le territoire, était suspendue ce samedi aux annonces du gouvernement, promises par le Premier ministre.

Une mobilisation qui avait déjà réuni dans la matinée quelque 3000 personnes sur l'ensemble de la région, entre Saint-Malo, Saint-Brieuc, Vannes, Lorient, Quimper et Brest.

 


Retrait de l'âge pivot de 64 ans


Le gouvernement a annoncé dans l'après-midi, qu'il était disposé à retirer provisoirement l'âge-pivot de 64 ans du projet de loi sur la réforme des retraitestout en conservant le principe d'un âge d'équilibre. Un âge pivot, qui cristallisait largement les mécontentements. Dans un courrier adressé aux organisations syndicales et patronales le Premier ministre Edouard Philippe écrit ainsi : "Pour démontrer ma confiance envers les partenaires sociaux, et ne pas préjuger de l'issue de leurs travaux concernant les mesures à prendre pour atteindre l'équilibre en 2027, je suis disposé à retirer du projet de loi la mesure de court terme que j'avais proposée, consistant à converger progressivement à partir de 2022 vers un âge d'équilibre de 64 ans en 2027".
 

"Un tout petit pas" ou "une non-annonce" pour les syndicats


Pour Fabrice Lerestif, secrétaire départemental FO en Ille-et-Vilaine, "ce retrait provisoire d'un élément qui ne représente que 5% de cette contre-réforme est une non-annonce. Une manipulation de plus qui vise sans doute à casser le mouvement ou à semer la confusion. On est en face de menteurs et de manipulateurs". 

"C'est un premier tout petit pas", affirme de son côté Hervé Couvert, secrétaire de l'union départementale CGT d'Ille-et-Vilaine. "Ça prouve qu'on a raison. On va continuer à pousser pour que le gouvernement fasse d'autres pas. Des plus grands pas, bien avant, vers le retrait".
 

Une conférence sur le financement des retraites


Une conférence sur l'équilibre et le financement des retraites "remettra ses conclusions d'ici la fin du mois d'avril 2020", a encore indiqué le Premier ministre Edouard Philippe dans ce courrier. Ce calendrier permettra que les conclusions de la conférence soient prises en compte avant le vote du projet de loi sur la réforme des retraites en seconde lecture. Le chef du gouvernement propose par ailleurs que cette conférence, réclamée par la CFDT, soit animée par Jean-Jacques Marette, ancien directeur général de l'Agirc-Arrco.
 

Le défilé rennais bon enfant, sous les bannières des différents syndicats, ne connaîtra pas les débordements de ce jeudi, suivis de l'intervention musclée des forces de l'ordre. Ce samedi, les plus jeunes manifestants et les étudiants étaient eux, partis manifester à Nantes.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus