Rennes : un père et son fils autiste en procès contre leur banque pour discrimination

Loïc Croyal, le père de Fabien, au Tribunal correctionnel de Rennes / © Catherine Jauneau - France 3 Bretagne
Loïc Croyal, le père de Fabien, au Tribunal correctionnel de Rennes / © Catherine Jauneau - France 3 Bretagne

En 2016, un père et son fils autiste étaient radiés de leur banque. Le fils avait baissé son pantalon devant des employées de leur agence bancaire rennaise. L'affaire portée devant la justice avait été classée. Ce jeudi l'avocat de la famillle citait directement la banque devant le tribunal.

Par Krystell Veillard


Une discrimination caractérisée, c'est le cœur de cette affaire pour Me Jean-Guillaume Le Mintier, l'avocat du père et du fils, et ce qu'il veut prouver, en citant la banque ce jeudi 7 juin devant le tribunal correctionnel de Rennes pour qu'elle s'explique. Il attendait de cette nouvelle procédure que Fabien et Loïc Croyal soient "reconnus comme victimes d'un système institutionnel et bancaire qui dysfonctionne cruellement et qui a tendance à rejeter tout ce qui ne lui ressemble pas" explique l'avocat.


Expulsés de l'agence bancaire et radiés en août 2016


Pour rappeler les faits : au mois d'oût 2016, Loïc Croyal se rend dans son agence bancaire de Rennes, dont il est client depuis 25 ans. Il est accompagné, comme à chaque fois de son fils Fabien, un autiste profond de 33 ans, trop handicapé pour qu'il le laisse seul chez lui. Mais dans l'agence, le fils, saisi d'une envie pressante, baisse son pantalon. Fabien s'énerve et s'agite, le père tente de le maîtriser. Les deux hommes sont expulsés de l'agence et quelques jours plus tard ils reçoivent un avis de radiation de la banque.
 

Plainte classée sans suite en mars 2017

Soutenus par leur avocat, ils vont donc porter l'affaire en justice et déposer une plainte contre la banque, pour discrimination en raison du handicap. Plainte classée sans suite en mars 2017 par le tribunal correctionnel de Rennes. La famille a donc décidé de "faire citer" directement la Caisse d'Épargne devant le tribunal correctionnel. L'avocat estimant que cette décision "posait plusieurs difficultés", notamment que le procureur justifie la fermeture des comptes en qualifiant d'exhibitionnisme et d'outrage à la pudeur le comportement de Fabien Croyal. Alors que pour l'avocat de la famille, l'attitude du jeune homme est "inhérente à son handicap".

La décision a été mise en délibéré au 28 juin prochain.
 

Le reportage à Rennes de Catherine Jauneau et Lionel Bonis


Interviews : Maitre Jean-guillaume Le Mintier, avocat famille Croyal - Maitre Bruno Cressard, avocat Caisse d'épargne - Loic Croyal - Archives août 2016 (Parthenay de Bretagne)

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus