• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Réorganisation de Ouest-France : un CE et des journalistes en colère

Des journalistes de Ouest-France réunis devant le siège du quotidien à Chantepie / © Thierry Bouilly - France 3 Bretagne
Des journalistes de Ouest-France réunis devant le siège du quotidien à Chantepie / © Thierry Bouilly - France 3 Bretagne

Des journalistes de Ouest-France, en grève, étaient rassemblés devant le siège du journal ce jeudi, à l'occasion d'un comité d'entreprise exceptionnel, pour décider de l'avenir du projet de réorganisation des rédactions. Les élus du personnel exigent une clarification du projet de la direction.

Par Krystell Veillard


Un comité d'entreprise exceptionnel se tient ce jeudi au siège du journal Ouest-France, pour décider de l'avenir du projet de réorganisation des rédactions, annoncé par la direction du groupe il y a près d'un mois. Un projet d'économies très décrié. Des journalistes grévistes, étaient rassemblés devant leur journal pour maintenir la pression et obtenir le retrait du projet. Un projet qui va pour eux à l'encontre de leurs valeurs. "On a l'impression d'avoir été trahi, confie ainsi Émilie Michel, journaliste à la rédaction de Saint-Lo (50), parce que les valeurs pour lesquelles on a signé, et pour lesquelles on travaille comme moi depuis vingt ans, sont remises en cause et on nous fait comprendre qu'on ne peut pas faire autrement." et qui ajoute "Nous nous sommes convaincus du fait qu'on peut faire autrement et qu'il existe d'autres solutions pour faire des économies."
 

Un CE pour décider du projet de réorganisation


Ce comité d'entreprise devait être crucial pour l'entreprise, devant décider de l'avenir du projet de la direction, qui se traduirait par 70 suppressions de postes et des mutualisations entre journaux, Le Courrier de l'Ouest, Le Maine Libre et Presse Océan. Les salariés veulent le retrait pur et simple de ce projet. "Il est important de montrer à nos dirigeants qu'on ne baisse pas la garde, explique Alain Guyot, délégué syndical SNJ, et qu'on continue à être mobilisé sur le fait qu'on souhaite obtenir le retrait officiel et formel du projet, présenté le 13 septembre."
 

Les représentants du personnel exigent une clarification du projet de la direction

Les élus du personnel dans un tract, expliquent que lors de ce CE, n'ayant pas obtenu de réponse claire de la direction sur son projet de supprimer 73 postes, de fermer des rédactions dans la Sarthe, le Maine-et-Loire, le Finistère et le Calvados, et de mutualiser le travail de différents journaux "ont unanimement décidé de ne pas entendre la présentation du projet de « concertation ». Ils exigent maintenant que la direction présente "un projet clair aux organisations syndicales, ouvre une négociation et saisisse pour avis CE et CHSCT."  Ils appellent "l’ensemble de la rédaction à se réunir le 10 novembre en assemblée générale afin de débattre ensemble de la position et de la stratégie à adopter."
 

Économie de 3,5 millions d'euros par an avec ce projet

Confrontée à un net recul des ventes, la direction espère économiser, avec ce projet de réorganisation 3,5 millions d'euros par an. Premier quotidien régional français, Ouest-France est diffusé à 685 096 exemplaires, selon les chiffres OJD de 2017. Il emploie 576 journalistes équivalent temps plein.
 

Le reportage à Chantepie (35) de Jérémy Armand et Thierry Bouilly

Interviews : Émilie Michel, journaliste à Ouest-France Saint-Lo (50) - Alain Guyot, journaliste et délégué du SNJ (Syndicat national des journalistes)
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Exposition War à la Courrouze

Les + Lus