Retard au démarrage pour la ligne B du métro de Rennes : mise en service annoncée début 2022

Elle devait être ouverte au printemps 2021, finalement ce devrait être plutôt au début de l'année 2022. Si les stations et la ligne b sont achevées, la construction des rames, une technologie Siemens, de toute dernière génération, a pris du retard en partie en raison de la crise sanitaire.

© Krystel Veillard

La ligne B du Métro de Rennes, ne sera pas mise en service comme annoncée au printemps, ni à l'automne, mais plutôt au début de l'année 2022. Une deuxième ligne très attendue par les habitants de la métropole, comme l'a rappelé Nathalie Appéré, présidente de Rennes Métropole, lors d'une conférence de presse ce jeudi. Un retard qui s'explique en partie par la crise sanitaire, mais pas seulement

Les chantiers ont été stoppés et ralentis par les confinements successifs, le virus a aussi touché des équipes, mais la pandémie a surtout rendu difficile les déplacements et empêché la venue à Rennes d'intervenants et d'experts internationaux pour la technologie du CityVal de Siemens. Le planning des approvisionnements n'a lui non plus pas pu être tenu. Car ce nouveau retard annoncé concerne en effet principalement les rames du métro.
 

Du retard pour les rames du métro

Stéphane Bayon de Noyer, le directeur du projet pour Siemens, pas très à l'aise, explique que cette technologie du CityVal, la dernière génération de métro automatique, qui représente une première mondiale, nécessite beaucoup d'essais avant validation, avec des mises au point, des modifications, des reprises. Ainsi détaille t-il, "quand on parle de premier de série, ça signifie qu'il faut rendre ce matériel roulant compatible avec la circulation et le transport de passagers, vérifier sa performance, son confort. Et il y a un ensemble d'essais à réaliser, suivis d'ailleurs par des organismes externes pour s'assurer qu'il réponde à l'ensemble des normes et réglementations." 

Sur les 2000 essais attendus sur cette phase de validation, 1300 ont été réalisés. Les choses avancent dans le bon sens.

Stéphane Bayon de Noyer, le directeur du projet pour Siemens

Le directeur du projet pour Siemens, veut rester confiant malgré tout : "Des ingénieurs et des équipes sont mobilisées, avec des renforts, pour la mise au point du matériel qui doit correspondre aux performances attendues telles que demandées". Les délais liés à la complexité de la technologie ont été sous-estimés. D'où les retards. "La qualification du matériel roulant", c'est à dire cette phase de validation des rames du métro, devrait intervenir jusqu'à la fin du mois de juillet", et c'est ce qui déterminera la date de mise en service, annoncée donc au début de l'année 2022.

Ensuite, entre juillet et le début de l'année 2022, de nouveaux tests auront lieu pour la ligne b toute entière, c'est à dire les rames avec l'ensemble de l'infrastructure. Et puis il y aura aussi à ce moment-là, la formation du personnel de l'exploitant.
 

Tests de roulage du CityVal au garage atelier de la Maltière au sud-est de Rennes
Tests de roulage du CityVal au garage atelier de la Maltière au sud-est de Rennes © France 3 Bretagne - E. Pinault


Des conditions de mobilité facilitées... à l'avenir

La seconde ligne du métro de Rennes, ce sont 14 kilomètres de voies, pour 15 stations et 120 millions de voyages attendus par an. Un chantier démarré en 2013, et prévu à l'origine pour fin 2020, et déjà repoussé, pour un budget de 1,342 milliards d'euros, qui reste "parfaitement conforme à l'enveloppe qui avait été votée et anticipée", malgré tout, a tenu à rappeler de son côté Nathalie Appéré. Elle a encore insisté sur le "caractère hors norme et exceptionnel du chantier". "Un projet complexe, pour un choix de plus de 20 ans" et qui n'est donc pas exempt d'aléas techniques. La présidente de Rennes Métropole a détaillé en préambule "l'ampleur des changements attendus" pour la mobilité des habitants de la Métropole et la "facilitation de leurs déplacements"75% des Rennais avec cet équipement seront désormais à moins de 10 minutes à pied d'une station de métro, 94 000 voyages par jour sont attendus dans un premier temps sur cette ligne, qui pourrait permettre ainsi d'éviter 50 000 déplacements en voiture dans la Métropole.

Cette nouvelle ligne de métro annonce en effet une avancée en terme de mobilité, pour des déplacements plus rapides à Rennes. Plus rapides, mais pas pour demain. Un progrès qu'il va ainsi falloir encore attendre... Et en attendant prendre son mal en patience !

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
métro économie transports transports en commun