Cet article date de plus de 4 ans

"La science des soucis", une série d'animation produite à Rennes et diffusée sur France 4

L'animation se porte bien en Bretagne. La société rennaise "Vivement lundi" signe une nouvelle série d'animation "La science des soucis". Ces programmes courts hybrides mélangeant prises de vue réelles à des animations 2D et 3D seront programmés sur France 4 à partir du 10 juillet 2017, à 19 h 45.
Des trakazoaires, héros de la série "La science des soucis"
Des trakazoaires, héros de la série "La science des soucis" © Vivement Lundi
Une série télévisée diffusée en prime-time sur une chaîne nationale, objectif réussi pour "La science des soucis" produite par la société rennaise "Vivement lundi". Ce programme sera diffusé à partir du 10 juillet, du lundi au vendredi à 19 h 50. Au total, 39 épisodes à découvrir, mélangeant le jeu des comédiens avec des animations 2D ou 3D. Deux ans de travail auront été nécessaires pour la réaliser, avec un budget de 2,4 millions d'euros. Isabelle Leconte et Julien Leconte, les réalisateurs mettent en scène de drôles de bestioles : les trakazoaires. 

 

 

On désapprend plus qu'on apprend avec notre série (Julien Leconte, co-réalisateur)


Cultiver l'absurde et le côté décalé


Julien Leconte, l'un des co-réalisateurs explique avoir voulu jouer avec les soucis du quotidien : la deuxième chaussette qui disparaît, le portable ou les clés que l'on ne retrouve jamais, les coins de tables qui laissent des traces sur les genoux ou les orteils.

"L'idée c'est d'expliquer ces soucis, leur origine, en parodiant le documentaire, à travers ses codes." La série ne se veut pas un programme jeunesse. Elle s'adresse aux enfants à partir de 5 ans mais aussi aux adultes, "avec un humour et une seconde lecture."

La famille Leroy victime des trakazoaires, ces drôles de bestioles


Putrofrotmolle, Bouflafarze, Poilapikouse, Chipchausse font partie des trakazoaires que l'on croisera au fil des épisodes et qui viennent embêter la famille Leroy. "Ce sont des animaux, sans pouvoirs magiques. Ils ne sont pas visibles car bien cachés ou trop rapides." explique Julien Leconte en soulignant "comme tout un tas de bestioles dans la réalité, que l'on ne voit pas." "Ce sont eux qui par leur comportement génère les soucis." 

Ce n'est en tout cas pas la poisse qui guette la série mais bien le succès. Elle a reçu le Pucinella Award de la meilleure série TV hybride au festival "Cartoon on the Bay" de Turin en 2017.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
télévision économie médias jeunesse société famille