Terrasses chauffées interdites en France fin 2021 : l'initiative de Rennes fait des petits !

Les terrasses chauffées des bars seront interdites avant l'hiver 2021 en France : décision gouvernementale prise à l'issue du conseil de défense écologique. Rennes avait fait figure de pionnier en appliquant cette mesure dès janvier dernier.
Les terrasses chauffées ne seront plus autorisées en France. À Rennes, elles sont déjà interdites depuis janvier 2020.
Les terrasses chauffées ne seront plus autorisées en France. À Rennes, elles sont déjà interdites depuis janvier 2020. © B. Van Wassenhove - France Télévisions
A la fin de l'hiver 2021, il sera interdit de chauffer les terrasses et les bâtiments chauffés ou climatisés devront garder leurs portes fermées quelle que soit la surface. La mesure n'entre pas en vigueur immédiatement pour tenir compte de la crise traversée par les  restaurateurs à cause de la Covid-19.

C'est l'une des mesures phares annoncées à l'issue du Conseil de défense écologique et c'était l'une des préconisations des 150 français réunis au sein de la Convention citoyenne pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans l'hexagone.

On ne peut pas climatiser la rue en plein été lorsqu'il fait 30 degrés et on ne peut pas chauffer non plus à plein régime des terrasses en plein hiver pour le simple plaisir de boire son café dehors.

Barbara Pompili, Ministre de la Transition écologique


La mairie de Rennes n'a pas attendu cette décision. Dès le 1er janvier 2020, elle avait décidé de supprimer les terrasses chauffées dans le centre-ville pour des raisons écologiques en priorité. Un pas à franchir pour les commerçants et pour les amateurs du petit café-cigarette interdit déjà depuis belle lurette en intérieur.

Sept mois plus tard, les propriétaires se sont adaptés selon les contraintes propres à leurs établissements. Au bar-restaurant "La bonne nouvelle", situé place Saint-Anne dans le coeur historique, les cinq chauffages extérieurs qui fonctionnaient jusqu'à 1 heure du matin pour 90 places assises ont été démontés. La maison a investi dans des plaids et des claustras coupent le vent et la pluie en cas de mauvais temps.

Cet hiver, beaucoup de client allaient en intérieur et la terrasse étaient un peu moins fréquentée. Les gens n'ont pas tous compris. Mais il faut bien faire un geste pour la planète. Mettre un manteau, s'habiller plus chaudement pour consommer dehors, c'est pour la bonne cause, même si cela a eu un léger impact sur notre chiffre d'affaires !

Mickaël Taurand, responsable de l'établissement "La bonne nouvelle"


Un peu plus loin, sur la promenade piétonne du mail Mitterrand, le "Oh my biche" a dû revoir sa copie. Avec deux places en intérieur et une terrasse de 50 places, le chauffage a disparu également pour les consommateurs exterieurs. Durant un mois, des travaux ont été entrepris pour aggrandir les volumes de l'établissement et passer à une capacité de 8 clients dans le petit local de 28 mètres carrés. 
 

On ne veut pas se victimiser, même si on a eu moins de monde en terrasse cet hiver. on a tous été impactés mais c'est un mal pour un bien, ça doit rentrer dans les habitudes des consommateurs, on soutient quand même cette décision.

Julie, café restaurant "Oh my biche"


Ici, aussi des plaids sont désormais proposés aux clients dehors.L'établissement a par ailleurs beaucoup communiqué pour développer les ventes à emporter de plats, pour les gens de passage et les habitués. Même si le manque à gagner n'a pas été compensé, le café-restaurant tente de s'adapter à la nouvelle réglementation et espère que cela rentrera dans les habitudes.

Avec une association de commerçants du Mail, la réflexion est lancée pour faire le choix de claustras pour protéger les terrasses l'hiver prochain et donner un aspect homogène à l'ensemble  selon la "charte des terrasses" initiée par la ville de Rennes.

A l'instar de Rennes, des villes comme Angers et Bordeaux avaient déjà lancé des réflexions sur le sujet avant que l'Etat ne légifère.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
climat environnement économie