Trafic de drogue. Dix ans de prison ferme pour le "leader" d'un réseau albanais qui écoulait des dizaines de kilos d'héroïne

La juridiction interrégionale spécialisée a condamné, ce 7 février 2024, 18 ressortissant albanais à des peines allant de 2 ans de prison avec sursis à 10 ans ferme. Ils étaient jugés depuis ce lundi 29 janvier pour avoir écoulé des dizaines de kilos d'héroïne à Rennes, Saint-Malo et Nice.

C'est le procès d'un important trafic de stupéfiants qui s'est ouvert devant la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS), à Rennes, le 29 janvier dernier et s'est achevé ce 7 février avec la condamnation de 18 ressortissants albanais à des peines de prison allant de 2 ans avec sursis à 10 ans ferme.

Ces hommes, âgés de 22 à 61 ans, appartenaient à un réseau "très organisé" ayant écoulé des dizaines de kilos d'héroïne à Rennes, Saint-Malo et Nice (Alpes-Maritimes).

LIRE : Trafic de drogue. Soupçonné d'écouler des dizaines de kilos d'héroïne, un réseau albanais devant la justice à Rennes

"Un réseau criminel en mode clanique"

Cette affaire a été mise en lumière grâce à une enquête de longue haleine entamée en 2018. Un renseignement sur un homme de 50 ans, déjà connu pour trafic de drogue, parvient aux enquêteurs. Lesquels ont acquis la certitude que le quinquagénaire dirigeait un réseau criminel fonctionnant sur "un  mode clanique" : il importait de l'héroïne et de la cocaïne dans l'Ouest de la France ainsi qu'à Nice depuis les Pays-Bas.

L'enquête, conduite par une juge d'instruction de la JIRS, a permis de distinguer "deux cellules" distinctes en Ille-et-Vilaine : l'une à Rennes et l'autre à Saint-Malo. Une vague d'interpellations a eu lieu en mars 2021 : de l'héroïne, des produits de coupe, des armes, 68.000 euros en liquide et du matériel de conditionnement sont saisis à cette occasion.

29.000 euros enterrés dans un jardin

Un jeune homme de 24 ans, à qui l'on impute le rôle de chef de la cellule malouine, a été arrêté au domicile de sa compagne, à Miniac-Morvan en Ille-et-Vilaine. Une clé y a été découverte, a-t-il été relaté lors du procès : elle a conduit les enquêteurs jusqu'à un box à Dinard où ils ont trouvé des armes et 1,6 kg d'héroïne, soit "40.000 et 56.000 euros" à la revente.

Le père de la compagne a par ailleurs "signalé avoir découvert 29.000 euros" enterrés dans son propre jardin, en avril 2021. L'ADN de son gendre sera identifié sur les sachets contenant l'argent liquide.

Une "luxueuse maison" en Albanie confisquée par la justice

Au cours de son réquisitoire, la procureure de la République a réclamé jusqu'à douze ans de prison pour le quinquagénaire, ce "leader en déclin", a-t-elle souligné, qui "a fait le lien entre ces trois cellules" avant de "perdre en efficacité à cause de ses addictions". L'homme a finalement écopé de 10 ans de prison ferme.

Plusieurs mandats d'arrêt ont aussi été décernés à l'encontre des absents du procès. Certains ont récemment été interpellés en Allemagne et aux Pays-Bas, mais ils n'ont pu être extradés à temps.

Des interdictions définitives du territoire français ont également été prononcées. Une "luxueuse maison" en Albanie a été confisquée par la justice française.