Trop de précarité : Betty, AESH accompagnante d'élèves handicapés interpelle le président

Publié le Mis à jour le
Écrit par E.C avec E.P
Betty AESH depuis 2008 ne peut pas vivre correctement, elle touche un salaire de 725 euros.
Betty AESH depuis 2008 ne peut pas vivre correctement, elle touche un salaire de 725 euros. © France 3 Bretagne

Les AESH, accompagnants d'élèves en situation de handicap sont 4000 en Bretagne. Le rythme de travail souvent à temps partiel, les CDD renouvelables et le salaire indécent, Betty en a marre. 


La Bretagne compte 4000 AESH, des accompagnants d'élèves en situation de handicap. Ces professionnels travaillent le plus souvent à temps partiel et pour des salaires très faibles. La précarité est renforcée par la signature de CDD renouvelables.
 


"C'est quoi le projet ?"


Mercredi 6 février à Rennes, ils manifestaient pour réclamer un meilleur traitement. Parmi eux, Betty, AESH depuis 2008 et qui ne parvient plus à vivre décemment et s'interroge sur les objectifs du gouvernement. "C'est complètement indécent d'avoir fait toute une campagne électorale en disant j'adore les handicapés, je vais m'en occuper correctement. Les personnes qui s'occupent d'eux, je vais leur donner les moyens de faire leur travail. Et puis on nous enlève 8 euros sur un salaire de 733 euros par mois. C'est extrêmement violent."

"Est-ce que vous pensez que je mets du chauffage, chez moi ?" "Moi il faut que je crois en quelque chose".  
 
Trop de précarité : Betty, AESH accompagnante d'élèves handicapés interpelle le président

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.