"Victime collatérale du trafic de drogue", près de Rennes, il retrouve son appartement criblé de balles

Publié le
Écrit par Quentin Cezard

Samedi 11 juin, 4 heures du matin, un appartement de Thorigné-Fouillard est pris pour cible par des tirs d’armes automatiques. 18 impacts de balles criblent le logement d’un père famille et ses garçons heureusement absents au moment des faits. Les auteurs des faits se sont trompés de cible…

Davis -le prénom a été changé à sa demande - est "désabusé, comme tout le monde dans cette histoire". Alors que l’homme était en weekend dans le Morbihan, il doit rentrer en toute urgence à Thorigné-Fouillard… son appartement a été pris pour cible de tirs d’armes automatiques.

18 impacts de balles seront en tout relevés par la police. Certains sur la façade de l’immeuble, d’autres à l’intérieur même de l’appartement : "Certaines balles ont franchi l’appartement de part en part. Trois projectiles ont transpercé la chambre des enfants, dont l’un est resté fiché à 50 cm de la tête de lit."

durée de la vidéo : 00h00mn21s
Davis découvre son appartement criblé de balles d'armes automatiques en rentrant chez lui le weekend dernier. La cible de cette attaque ? Les anciens occupants de l'appartement, probablement liés aux trafics de drogues rennais. ©France 3 Bretagne

Le procureur veut comprendre

La raison de cette attaque ? Les fils de l’ancienne occupante de l’appartement. Ils seraient liés à des trafics de drogue et se sont faits visiblement des ennemis. Des personnes "qui ont quitté cet appartement deux ans auparavant". David se considère comme une "victime collatérale d’une guerre de gangs".

Philippe Astruc, le procureur de la République de Rennes, qui tenait une conférence de presse mardi à la suite de la mort d’un homme dans le quartier de Maurepas à Rennes, n’excluait pas un lien entre les différentes affaires qui secouent Rennes depuis quelques semaines : "Nous avons avec la police judiciaire comme ambition d’essayer de comprendre : est-ce qu'il y a une connexion entre ce fait dramatique et plusieurs autres faits, de mitraillage de façade, d’agression au couteau qui ont eu lieu dans un temps assez proche : est-ce qu'il y a une connexion ? est-ce qu’il y en a pas ? Cela devra être déterminé."

3 jours dans un van

David lui essaye aujourd’hui de retrouver une vie normale avec ses enfants. L’ancien sapeur-pompier de Paris aujourd’hui conducteur de transport collectif à Rennes, a vécu 3 jours dans son van avant d’être hébergé par des amis dans un studio. Après un petit retard au démarrage, son bailleur, Archipel Habitat s’occupe de lui trouver une solution de relogement. "Ils font le nécessaire. On s’occupe de moi. Ce qu’ils ont trouvé pour l’instant n’est pas l’idéal car je ne peux pas y vivre avec mes enfants mais ils cherchent." La ville aussi semble réagir à la situation. "Ils ont promis qu’ils s’occuperaient des frais annexes, alimentaires, travaux, déménagement".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité