Baie de Saint-Malo : le fort de la Conchée, chouchou de Vauban

Le fort de la Conchée, au large de Saint-Malo, a été racheté en 1989 par une bande de passionnés. Les travaux de restauration devraient s'achever vers 2035. / © Nathalie Rossignol
Le fort de la Conchée, au large de Saint-Malo, a été racheté en 1989 par une bande de passionnés. Les travaux de restauration devraient s'achever vers 2035. / © Nathalie Rossignol

Saint-Malo, ses remparts... vous connaissez bien sûr ! Et les forts qui parsèment sa baie ? Construits par Vauban, ils assuraient la défense la cité corsaire. Cette première étape d'Itinéraires Bretagne vous emmène au fort de la Conchée, le plus éloigné des côtes, le préféré de Vauban aussi.

Par Catherine Deunf

"C'est le miracle du petit Morvandiau qui comprend d'un seul coup les chenaux, les vents, la marée, la houle," s'émerveille Dominique Le Brun. Rien d'étonnant quand on sait que le petit Morvandiau en question n'est autre que le marquis Sébastien Le Prestre de Vauban, commissaire des fortifications de Louis XIV.

Verrouiller la baie de Saint-Malo

En 1688, la France et ses alliés entrent en guerre contre la Ligue d'Augsbourg, une large coalition d'états européens. Louis XIV dépêche Vauban, à Saint-Malo avec un double enjeu : protéger la cité corsaire, alors premier port commercial de France et truffer la baie de Saint-Malo de forts qui abriteront des canons pour verrouiller le site. C'est ainsi que les travaux du fort de la Conchée débutent en 1692. Situé à deux milles nautiques du port, entouré de forts courants, ce fort mettra les équipes de Vauban à rudes épreuves lors de sa construction.

La mode change

Les forts entrent en service en 1700 et œuvreront lors des multiples conflits que la baie de Saint-Malo verra passer. Leur dernier fait de guerre date de la seconde guerre mondiale. Et puis le temps passe et l'art de la guerre évolue. Les canons sont abandonnés petit à petit au profit de bateaux modernes et d'avions. L'État vend la plupart des îlots.

##fr3r_https_disabled##
Diaporama fort de la Conchée

"Jamais on ne trouvera à vendre un fort du temps de Louis XIV"

En 1989, Alain Rondeau, alors rédacteur en chef de la revue « Bateau » visite par hasard lors d’un déplacement à Saint Malo, le fort de la Conchée. Il est à vendre mais... totalement en ruine. 

On s’est dit jamais on ne trouvera à vendre un fort du temps de Louis XIV , se souvient Alain Rondeau.

Il parvient à convaincre une vingtaine d’amis de l’acquérir avec lui et c'est ainsi que commence la formidable aventure de la compagnie du fort de la Conchée. Depuis 27 ans, ces copropriétaires consacrent leur énergie à restaurer à l’identique ce joyau de Vauban.

Des travaux plus longs que prévu

A l'origine, ces passionnés pensaient en venir à bout en quatre ans. Ils tablent maintenant plutôt sur 45 ans de rénovation et espèrent une relève. Si tout va bien, le fort devrait avoir retrouver son allure d'origine vers 2035.

Itinéraires Bretagne : le fort de la Conchée
Saint-Malo, ses remparts... vous connaissez bien sûr ! Mais connaissez-vous les forts qui parsèment sa baie ? Construits par Vauban, ils étaient également destinés à défendre la cité corsaire. Cette première étape vous emmène au fort de la Conchée, le plus éloigné des côtes.  - Reportage : Nathalie Rossignol, Fabrice Leroy, Nolwenn Jacob, Vincent Surrault et Hervé Tiercelin

Avec :  Dominique Le Brun, auteur de " Vauban, l'inventeur de la France moderne".
            Alain Rondeau, président de la compagnie du fort de la Conchée. 
            Gérard Pitre, copropriétaire du fort depuis le début de la restauration.

Sur le même sujet

Les + Lus