La compagnie Condor Ferries supprime 100 emplois

Fragilisée par les conséquences de la crise de la Covid-19, la compagnie maritime Condor Ferries, qui opère entre Saint-Malo, les îles anglo-normandes et l'Angleterre, a annoncé jeudi la suppression de 100 emplois, principalement au Royaume-Uni, et n'a pas embauché 100 saisonniers cet été.
 

"Notre activité a été fortement impactée par les conséquences de l'épidémie de Covid-19 au cours des cinq derniers mois. En effet, la compagnie n'a enregistré aucun revenu de son activité passagers entre fin mars et début juillet, et les volumes de fret ont diminué en moyenne d'un tiers pendant cette période, et jusqu'à 40%", a annoncé dans un communiqué Paul Luxon, PDG de la compagnie de Guernesey, précisant avoir enregistré une baisse de 75% du chiffre d'affaires.
 

Baisse du nombre de réservations 

La décision du gouvernement de Jersey, le 9 août, puis du Royaume-Uni, d'instaurer une quarantaine pour les voyageurs ayant transité par la France, a eu des répercussions immédiates au niveau des réservations", précise Condor Ferries.

Pour faire face à la crise, la compagnie de 500 salariés annonce avoir "redimensionné ses équipes" et ne pas avoir embauché de personnel saisonnier. Au total, 200 emplois
sont concernés, dont la moitié de saisonnier
s, a précisé à l'AFP le service communication du groupe.

Créée en 1964, Condor Ferries possède quatre navires sous pavillon des Bahamas, dont deux à grande vitesse, reliant Saint-Malo, Jersey, Guernesey et le Royaume-Uni. Elle transporte près d'un million de passagers par an, 200.000 véhicules de tourisme et 100.000 camions.

Son chiffre d'affaires s'élevait à 96 millions de livres (112 millions d'euros) en 2018. Condor Ferries a été rachetée au printemps par Brittany Ferries (actionnaire minoritaire) et par le groupe britannique de gestion d'actifs, Columbia Threadneedle Investments.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie transports transports maritimes