PHOTOS. Pourquoi a-t-on pu observer des aurores boréales en Bretagne ce lundi

Elles étaient annoncées et certains ont eu la chance de pouvoir les observer et les photographier. Des aurores boréales ont bien été visibles ce lundi 27 février 2023 au soir depuis la Bretagne. Furtives, mais magiques.

Pour tous ceux qui ne le savaient pas encore : pas besoin d'être dans une région polaire pour avoir la chance d'observer des aurores boréales. La preuve, certains Bretons à l'affût ont pu en prendre plein les yeux ce 27 février au soir.

Si ces photographes chanceux ont pu capturer l'instant magique, c'est bien parce qu'ils savaient que ce lundi soir, les conditions étaient réunies pour pouvoir réaliser des clichés.

C'est le cas du photographe brestois Mathieu Rivrin, très connu des amateurs de belles images de la Bretagne sur les réseaux sociaux. Sa photo du visage de Poséidon dans une vague, prise en 2021, avait été vue des millions de fois.

Alerté du phénomène par les réseaux sociaux, le photographe s'était préparé à ce moment rarissime en Bretagne.

Des conditions rarissimes

"Je savais que les conditions pour espérer en voir étaient réunies, une activité d'éruption solaire importante et un ciel suffisamment dégagé. J'ai choisi d'aller sur la côte nord de la Bretagne et le plus à l'est de la région dans le but d'éviter les quelques nuages annoncés au-dessus du littoral finistérien et costarmoricain. Cela a été fugace mais intense" précise le photographe.

Capter les aurores boréales, ce n'est pas si évident, car il faut être bien préparé et avoir un peu de chance. Il faut aussi avoir le bon matériel, c'est-à-dire un objectif photo lumineux pour éviter d'avoir du bruit [une image nette, sans trop de grain, NDLR].

Mathieu Rivrin,

Photographe

Mais la chance, elle se provoque et comme tout photographe professionnel, Mathieu Rivrin a su mettre tous les atouts de son côté pour réussir ces clichés qui nous laissent bouche bée.

Il a ainsi choisi le lieu précis pour avoir en ligne de mire le Mont-Saint-Michel et tourner son objectif vers le nord, "il faut toujours viser vers le nord pour observer des aurores boréales" et a attendu plus de deux heures dans le froid à 0°C.

Et de préciser, en souriant, ce détail consensuel : "Même si je m'étais positionné sur un spot normand pour prendre le cliché, je tiens à rassurer les Bretons. La partie la plus visible de l'aurore était en Bretagne".

Mathieu Rivrin n'a pas été le seul à capturer des aurores boréales ce lundi soir. D'autres amateurs passionnés ont pu les prendre en photos, même avec un simple smartphone, comme Virginie Bades à Sainte-Barbe dans le Morbihan.

Steven Tual, météorologue à Météo Bretagne, relaie sur son compte Twitter une photo magnifique prise depuis les hauteurs de Locmaria-Plouzané dans le Finistère.

Pourquoi est-il si rare d'en voir en France ?

Les spécialistes avaient averti que des aurores boréales pourraient être observées depuis le nord de la France. Certaines avaient été observées dans la nuit du dimanche 26 au lundi 27 février. Elles sont le plus souvent visibles en Europe dans les pays nordiques, les plus proches du pôle nord.

"L'activité du Soleil est très soutenue depuis plusieurs jours, et une éjection de masse coronale (CME) a atteint la Terre ces dernières heures, puisque des aurores boréales sont photographiées en pose longue", précisait ces derniers jours l'association info climat.

Éric Lagadec, astronome à l’Observatoire de la Côte d’Azur explique dans un fil Twitter de ce lundi 27 février comment ce phénomène se crée et devient observable. Une aurore boréale apparaît quand des jets de particules chaudes et magnétiques générés par des éruptions solaires rentrent dans l'environnement de la terre et particulièrement avec le champ magnétique aux pôles. La teinte verte est due aux atomes d'oxygène et la couleur mauve aux atomes azote.

En période de forte activité éruptive du soleil comme en ce moment, ces aurores peuvent être observées à d'autres latitudes, d'où leur visibilité ces derniers jours en France.

N'hésitez pas à ouvrir le fil Twitter disponible via ce tweet pour en savoir plus.

Selon les spécialistes, le soleil suit un cycle d'activité de 11 ans, avec un pic d'activité tous les 11 ans. Le prochain pic étant prévu en 2025, il y aura de plus en plus d'éruptions d'ici là permettant donc d'assister au spectacle magique de ces aurores boréales.

 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité