• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Quai des Bulles à Saint-Malo : les bonnes raisons de ne pas louper le festival

Michel Plessix a dessiné l'affiche de l'édition 2017 / © Michel Plessix 2017 / Quai des Bulles
Michel Plessix a dessiné l'affiche de l'édition 2017 / © Michel Plessix 2017 / Quai des Bulles

La 37ème édition du festival de la bandes dessinée, Quai des Bulles à Saint-Malo, s'est ouvert ce vendredi 27 octobre, c'est la seconde manifestation du genre en France après Angoulême. L'occasion de rappeler quelques très bonnes raisons d'aller y faire un tour, et ce jusqu'à dimanche soir.

Par Krystell Veillard

C'est un rendez-vous incontournable pour les amateurs de bandes dessinées, le festival Quai des Bulles, se poursuit jusqu'à dimanche soir, avec comme pour chaque édition des invités de renom, 600 auteurs au total, des séances de signatures à ne pas rater, des expositions, des animations, des rencontres... De quoi plonger, tout entier, dans l'univers du 9ème art.

La BD, un succès grandissant


Aujourd'hui, la BD est un véritable poids lourd de l'édition. De Titeuf à Astérix, le livre le plus vendu chaque année est en général une bande dessinée. Le festival de la cité corsaire a, lui aussi, évolué. En 37 ans d'existence il est passé d'un rendez-vous de quelques passionnés à une énorme machine.

37ème édition de Quai des Bulles à Saint-Malo
La bande-dessinée est à l'honneur à Saint-Malo à l’occasion de la 37ème édition de Quai des Bulles. Un festival toujours plus fréquenté et pour cause : les lecteurs ont un appétit croissant pour la BD / Intervenants : Alfred, auteur-illustrateur - Joub, coorganisateur du Festival Quai des Bulles  - Reportage : Nicolas Dalaudier - Benoît Le Vaillant
 

L'exposition Astérix


"Le gaulois dans tous ses états", c'est un regard original sur la célèbre série créée par Goscinny et Uderzo, annonce le programme. Parce que le célèbre petit Gaulois est un personnage connu de tous, qu'il appartient à notre mémoire collective, les organisateurs de l'exposition, Anneclaire Macé, illustratrice et plasticienne et Gérard Cousseau, ont eu l'idée de demander à des artistes bretons de revisiter l'univers de la bande-dessinée. Ils sont partis des planches originales d'"Astérix et la Transitalique", le dernier album de la saga, sorti il y a à peine une semaine et signée Yves Ferri et Didier Conrad, auteurs qui seront aussi de passage dans la cité corsaire. Anneclaire n’a pas hésité longuement : «Et si on demandait à plusieurs artistes, autres que des dessinateurs de bande dessinée, de nous confier leurs regards sur le gaulois, de nous livrer leurs émotions semées par ce petit monde où les noms des gens se déclinent en « ix »…Une sorte de carte blanche à ces créateurs de tous bords, en prémices du magnifique travail de Conrad et Ferri… ? » Une des expositions phares du festival, à découvrir au Palais du Grand Large.

L'univers gaulois d'Astérix : un des thèmes forts de l'édition 2017 de Quai des Bulles / © asterix_-_obelix_-_idefix_c_2017_les_editions_albert_rene
L'univers gaulois d'Astérix : un des thèmes forts de l'édition 2017 de Quai des Bulles / © asterix_-_obelix_-_idefix_c_2017_les_editions_albert_rene


Pour le plaisir du jeu


Quai des Bulles, réserve une large place aux amateurs de jeux en tous genres. Le festival propose pour la seconde fois, une chasse aux trésors numérique, en s'associant à bdBuzz il a mis en place une application Quai des Bulles (sur smartphone) pour partir à la recherche des 60 indices disséminés partout sur le festival et chez des commerçants malouins partenaires... Un jeu de piste, les mondes cachés, va entraîner les joueurs "à l’assaut des rues d’intra-muros pour retrouver tous les objets magiques de Grégoire". Rendez-vous sur le stand des Humanoïdes Associés pour récupérer le carnet de jeu avant de partir. Avec Escape Game, il s'agit de donner un coup de main au psychanaliste Simon Radius, le « Psycho-Investigateur », pour reconstituer la chronologie de la vie de son patient centenaire, Eugène, en s'aidant d'indices. 

Les cafés BD


Les cafés BD, ce sont des rencontres en petit comité dans des bistrots de la ville. L'occasion de découvrir des auteurs, des dessinateurs dans un autre cadre, plus informel et plus favorable à l'échange aussi. "Un contexte convivial et chaleureux. Pas de filtre, c’est vous qui posez les questions !" Les auteurs à rencontrer cette année : Pochep au Chat'Bada, rue Garangeau, ce vendredi à 18h - Virginie Augustin, aux Brassins de Saint-Malo, samedi à 15h - François Ravard, au Chat'Bada samedi à 17h - Eric Giacometti & Philippe Francq, à l'Hôtel de l'Univers, dimanche, à 11h - Pascal Jousselin, au Saint-Patrick, rue Sainte Barbe, dimanche à 15h.
 

Un hommage à Michel Plessix


C'est son goéland, qui cette année trône sur le brise-lame de l'affiche de cette 37ème édition. Le dessinateur malouin, à l'origine de l'affiche, Michel Plessix, est décédé brutalement cet été. Le festival lui rend hommage, dans une exposition, salle Charcot, au Palais du Grand Large. "En 2016, il avait reçu le Grand Prix de l'Affiche qui couronne l'auteur pour l'ensemble de sa carrière. On aurait voulu qu'il y participe différemment, mais ce sont ses couleurs et son trait qui vont donner l'identité de cette 37ème édition.", nous avait confié Florian Aubin, directeur opérationnel de l'association Quai des Bulles. Cette année, "C'était son édition !"

Nous devons notamment à Michel Plessix, "La Déesse aux yeux de jade" réalisé avec son ami Dieter, puis la fameuse série "Julien Boisvert", et bien-sûr "Le vent dans les saules", dont le tome 3  lui permettra de décrocher en 2000, l’Alph’Art du public au festival d’Angoulême et le Prix Max et Moritz. Suivront la série, "Le Vent dans les sables" puis "Là où vont les fourmis" en 2016.

"Dans cette exposition nous avons essayé de partager ce qu’était l’univers de Michel à travers ses  lectures, ses influences, ses objets familiers. Michel fut Julien Boisvert quand il fit ses premiers voyages en solitaire, il fut taupe et rat , crapaud parfois (si, si !) et bien sûr blaireau à qui il aurait aimé, je crois, ressembler une fois devenu vieux et sage", écrit Emmanuel Lepage, auteur breton lui aussi.

© Michel Plessix
© Michel Plessix


Et puis les Contes à Bulles toujours, ou le concert dessiné


L'animation bien connue des habitués de Quai des Bulles, Le conte à bulles réunit  chaque édition, un conteur, un musicien et un dessinateur pour un spectacle unique et éphémère. Cette année, ce sont Brice Cossu, ce vendredi, Obion, samedi et Jérôme Lereculey, dimanche, qui se prêteront au jeu et illustreront en direct les contes d’Abbi Patrix. Des Contes à Bulles, accompagnés par la musique du violoniste Jean-François Vrod, qui nous emmèneront du côté des légendes nordiques.

Le concert dessiné, organise lui la rencontre entre Volo et Grégory Panaccione, un nouveau spectacle mêlant bande dessinée et musique. C’est le groupe Volo, qui va se prêter à l’exercice, profitant du crayon de Grégory Panaccione ("Un Océan d’Amour" ou la saga "Chronosquad"). Volo, c'est un duo, deux frères, qui font de la chanson française, aux "textes ciselés, pour faire tantôt sourire, tantôt vibrer, toujours toucher son auditoire". Ce sera samedi à 21h au Palais du Grand Large.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Eugénie Le sommer, star bretonne du foot

Les + Lus