• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Saint-Malo : action contre un projet hôtelier de luxe en bord de mer

La palissade érigée par le collectif Dispac'h à l'emplacement de la construction du futur complexe hôtelier à Saint-Malo / © France 3 Bretagne - C. Jauneau
La palissade érigée par le collectif Dispac'h à l'emplacement de la construction du futur complexe hôtelier à Saint-Malo / © France 3 Bretagne - C. Jauneau

Une vingtaine de militants bretons du collectif Dispac'h ont érigé ce dimanche matin une barricade symbolique pour dénoncer un projet immobilier prévu à la place d'un camping municipal en bord de mer à Saint-Malo.

Par Thierry Peigné


Un  hôtel de luxe pourrait bientôt se dresser au dessus de la plage du Minihic à Saint-Malo. La municipalité prévoit d'implanter un complexe hôtelier à la place de l'ancien camping municipal des Nielles. Mais avant que l'enquête publique ne soit validée, les opposants se mobilisent. C'était le cas ce dimanche à l'appel du collectif breton Dispac'h ("Révolution" en breton). 
 

Banderole et palissade

Des banderoles "Stop au bétonnage", "Loi littoral ou pas ?" ont été déployées face à la mer. Le message "On n'est pas toute.s
née.s sous du 5 étoiles"
avait été inscrit sur la palissade érigée à l'entrée de l'ancien camping. Un lieu qui pourrait devenir, selon le collectif, une nouvelle ZAD (Zone à défendre).

"On marche sur la tête" explique Ewan Thébaud, le porte-parole du collectif. "On invoque la continuité du bâti car il y a déjà du bâti autour et donc que ce n'est pas grave. Mais si, c'est grave. C'est le dernier endroit un peu vert sur la côte à Saint-Malo et en plus c'est un terrain public que l'on va vendre à un promoteur privé" s'insurge le militant breton. Et d'ajouter "On chasse clairement les classes populaires pour y mettre des gens aisés".
 

15 000 m2 face à la mer

En 2015, la municipalité ferme le camping municipal, d'une superficie de 15 000 m2, situé face à la mer, au-dessus de la plage du Minihic. Elle justifie cette décision par le fait que le camping n'était plus rentable. Elle lance un appel à projet. Le groupe hôtelier malouin Raulic, propriétaire des thermes marins de Saint-Malo, remporte la mise avec un chèque de 7,6 millions d'euros. Il prévoit notamment la construction d'un hôtel spa 5 étoiles et d'une résidence hôtelière.

Selon la mairie, le projet représente 140 emplois directs et 230 indirects. De plus, selon Patrick Charpy, adjoint à l'urbanisme et à l'économie, la ville "est dans les clous de la réglementation et de la loi littoral. Les phases de concertation avec la population ont toutes été respectées et les procédures à venir avant l'enquête public seront présentées en fin de l'année au conseil municipal avant la modification du PLU (Plan local d'urbanisme)".
 
 

Le combat de Dispac'h contre la spéculation immobilière

Depuis le printemps, le collectif a lancé une campagne contre "le tout-tourisme et la spéculation immobilière" dans plusieurs communes littorales bretonnes. Dispac'h dénonce la dépendance des territoires côtiers bretons à l'économie touristique, avec des "villages vidés de leur vie plus de la moitié de l'année", qui "voient fuir les services publics et disparaître les dynamiques et initiatives locales". Le 22 juillet dernier, il avait mené une action à Carnac pour dénoncer cette spéculation immobilière.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Saint-Brieuc: au centre, la bataille des élections municipales est lancée

Les + Lus