Saint-Malo. Des associations réclament plus de sécurité au barrage de la Rance pour les cyclistes

Une cinquantaine de cyclistes s'est retrouvée ce dimanche 2 juillet pour un rassemblement au barrage de la Rance. Cette " Vélorution " entend protester contre le manque d'aménagements pour la circulation des vélos le long du barrage et pour réclamer plus de sécurité.

À l'origine, les cyclistes devaient faire une manifestation en joignant Saint-Malo à Dinard avec un passage sur le barrage de la Rance. Mais celle-ci a été interdite par la sous-préfecture, considérée comme trop dangeureuse, au vu de la circulation routière sur cet axe. Les organisateurs, l'association A Vélo Malo, a donc juste organisé un rassemblement statique avec banderoles sur les lieux. Il a réuni jusqu'à midi, une cinquantaine de manifestants en vélo.  

Quatre associations de cyclistes étaient représentées. Depuis 2016, elles réclament une meilleure sécurisation du passage le long du barrage de la Rance. Elles estiment que les aménagements actuels sont trop dangeureux pour plusieurs raisons. D'abord, le passage protégé par un muret en béton est partagé avec les piétons. Sur cette chaussée, la présence de graviers et de grilles est dangeureuse et représente un risque de chute.

Ces cyclistes montrent également du doigt le manque de visibilité  (avant d'arriver sur le barrage) des deux virages du côté de Dinard et du côté de Saint-Malo avec des voitures qui roulent à 70 kms/H sur la route et qui croisent les deux roues. Pour rappel, un accident a fait un mort, renversé par une voiture sur cet itinéraire en 2021. Cet axe, très emprunté par les touristes en saison, est également très fréquenté  tout au long de l'année par des locaux qui viennent au travail en vélo, entre Dinard et Saint-Malo.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité