Saint-Malo : préavis de grève afin d'obtenir une prime pour les personnels non médicaux

À compter du 29 Avril 2020 à partir de minuit, le syndicat Sud Santé a posé un préavis de grève pour l'ensemble des personnels non médicaux de l'hôpital de Saint-Malo. Ils réclament l'attribution de la prime de 1.500 euros annoncée par le Ministère de la Santé.
Hôpital de Saint-Malo
Hôpital de Saint-Malo © Photo PQR / Le Télégramme - P. Delacotte

Emmanuel Macron s'y était engagé le 25 mars depuis Mulhouse, cela a été confirmé par le Ministère de la Santé le 15 avril : "tous les agents travaillant à l’hôpital dans la trentaine de départements les plus touchés par l’épidémie recevront une prime de 1500€, versée quel que soit le statut ou le métier considéré."

L'Ille-et-Vilaine ne fait pas partie des ces départements les plus touchées. Dans ce cas, "les agents ayant travaillé dans les services COVID+ des 108 hôpitaux de référence percevront également la prime de 1500€. Les agents des autres services percevront une prime de 500€."

Le centre hospitalier n'est pas l'un de ces hôpitaux de référence, tout comme ceux de Cancale et Dinan, selon le syndicat Sud Santé. 
 

"Mettre en doute la reconnaissance des personnels hospitaliers"


Les personnels grévistes estiment que l'absence de prime dans les hôpitaux du secteur a "pour conséquence de mettre en doute la reconnaissance des personnels hospitaliers consécutive à leur investissement sans faille durant la crise sanitaire."

À ce titre, ils demandent "l’attribution d’une prime exceptionnelle de 1.500 euros nets pour l’ensemble des personnels non médicaux au titre des efforts consentis et risques graves encourus dans le cadre de la crise sanitaire dite « Covid » pour un versement effectif sur le salaire du mois de mai 2020."
 
Au total, une quarantaine de personnels ont déjà été contaminé par le coronavirus, sans pouvoir certifier qu'ils ont contracté le virus au sein de l'hôpital.

Une rencontre a été organisé ce 29 avril entre l'ARS Bretagne et les délégués des grévistes. Mais aucune solution concrète n'a été trouvée pour obtenir l'attribution de cette prime.

De son côté, la direction de l'hôpital "comprend les interrogations légitimes des personnels de Saint-Malo". Mais comme eux, elle attend "des directives claires de la part du gouvernement" tout en regrettant "les tensions que la grève peut causer dans l'hôpital".
 

Olivier Véran interpellé par Gilles Lurton


Le député de Saint-Malo s'est fait l'écho de la colère des personnels de l'hôpital malouin. Gilles Lurton a interpellé le gouvernement sur les conditions d'attribution de cette prime.
 
Dans sa déclaration, il a pris comme exemple l'hôpital de sa terre d'élection. "À titre d’exemple, le groupement hospitalier de territoire de Saint-Malo/Dinan fait-il parti des 108 établissements référencés ? Il a accueilli de nombreux patients covid et certaines équipes soignantes ont participé aux transferts de la région parisienne vers la Bretagne en train sanitaire."

Ce à quoi le Ministre de la Santé lui a répondu qu'il lui est "arrivé de transmettre à mon cabinet la situation particulière d’un hôpital. Nous regarderons celui de Saint-Malo comme nous regardons la situation d’autres établissements de manière à valoriser tout le monde."

Il a ajouté que "les règles, le texte réglementaire qui est en cours de travail, devraient sortir d’ici la fin de cette semaine."

Reste qu'à Saint-Malo, les grévistes, comme la direction, attendent la publication de ce texte pour régler la question de cette prime.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société grève économie social covid-19