Saint-Malo : rapport alarmant de la Cour des Comptes sur l'Ecole nationale supérieure maritime

La Cour des Comptes vient de publier un rapport alarmant sur la situation de l'Ecole nationale supérieure maritime. Le maintien des quatre sites, dont celui de Saint-Malo, ne peut pas perdurer. 

Le premier rapport de la Cour des Comptes sur la situation de l'Ecole nationale supérieure maritime (ENSM), publié ce mercredi, est alarmant. "Sept ans après la création de l'ENSM, la Cour dresse un premier bilan alarmiste", indique-t-elle dans son rapport annuel. Pourtant à sa création en 2010,  il s'agissait notamment de rationaliser les moyens consacrés à la formation maritime, tout en augmentant l'attractivité des formations d'officiers. 


Le site de Saint-Malo en péril


Ainsi à sa création, il avait été décidé de conserver les sites de Marseille et du Havre, et de ne pas garder ceux de Saint-Malo et de Nantes. "Une longue incertitude a régné sur le sujet sous la pression des collectivités territoriales" avant la confirmation en 2012 du maintien des quatre implantations. Le rapport estime que cette incertitude a accru la concurrence entre les collectivités locales.

La décision de maintenir les quatre sites est "coûteuse pour l'école", en terme de masse salariale, d'équipements pédagogiques et de déplacements, juge la Cour des Comptes. Cette dernière préconise une réorganisation de l'école "sur deux voire un site".


Les collectivités ne veulent pas lâcher


Mais les collectivités locales ne veulent toujours pas lâcher le morceau. Les maires ont très vite répondu au rapport de la Cour. Le maire du Havre souligne l'intérêt de "renforcer les effectifs d'étudiants ainsi que les services de direction de l'ENSM sur le site du Havre", celui de Marseille énumère "les très nombreux atouts" de sa ville, tandis que Claude Renoult, le maire de Saint-Malo fait état de la "détermination des acteurs bretons" en faveur de la "pérennité" du site malouin. Pour le moment, la maire de Nantes n'a pas fait de réponse.