Saint-Malo : retour de l'Energy Observer pour une escale de quatre mois

Energy Observer à son arrivée à Saint-Malo / © France 3 Bretagne - C. Bélard
Energy Observer à son arrivée à Saint-Malo / © France 3 Bretagne - C. Bélard

Retour à son port d'attache pour l’Energy Observer. Ce dimanche, le premier navire à hydrogène est arrivé à Saint-Malo. Une pause hivernale avant de reprendre les expéditions autour du monde en 2020. Après l’Europe du Nord, ce sera cap sur l’Atlantique l’an prochain.

Par T.P.


Après sept mois de navigation, Energy Observer a regagné Saint-Malo. Pour sa troisième année d'expédition, le navire futuriste a exploré le Grand Nord. Une virée de plusieurs milliers de kilomètres dans les glaces. L'un des objectifs de cette mission était de mettre les technologies du bateau à l'épreuve du froid.

Dans ce navire, l'énergie utilisée est 100% renouvelable. Qu'elle soit éolienne, hydrolienne ou solaire. Ces composants permettent à Energy Observer de créer son propre carburant : l'hydrogène. A bord du bateau, l'hydrogène a permis au navire de faire un gain de poids considérable par rapport à une solution de stockage de batterie électrique. Energy Observer est ainsi le premier navire à hydrogène visant l’autonomie énergétique, sans émission de gaz à effet de serre ni particules fines. 
Saint-Malo vu depuis le catamaran Energy Observer avec son lot de panneaux photovoltaïques / © France 3 Bretagne - C. Bélard
Saint-Malo vu depuis le catamaran Energy Observer avec son lot de panneaux photovoltaïques / © France 3 Bretagne - C. Bélard
 

En amélioration constante

Pour Victorien Erussard, capitaine du bateau, "il faut optimiser les performances du bateau car même si nous sommes autonomes à faible vitesse seulement, il nous faut essayer de gagner quelques nœuds et cela passe par l'intégration de nouvelles technologies". Des améliorations que le Malouin espère bien mettre en oeuvre lors de cette pause hivernale.
L'intérieur de l'Energy Observer / © France 3 Bretagne - C. Bélard
L'intérieur de l'Energy Observer / © France 3 Bretagne - C. Bélard

Le capitaine s'est réjoui du bon fonctionnement de ses ailes de propulsion, "auto-portées, automatisées, rotatives à 360°, deux fois plus performantes que des voiles traditionnelles". Pour lui, aucun doute, "cette nouvelle technologie sera à disposition des navires de plaisance, mais aussi de commerce car elles sont très facilement transposables sur des cargos qui transportent de la marchandise et réduire ainsi, de manière significative, les dépenses énergétiques de ces navires".
 

Durant la période hivernale, le bateau sera sorti de l'eau pour être inspecté, réparé et également amélioré. Il sera exposé au public avant de repartir en février prochain. Un nouveau périple à travers les océans du globe, en direction de l'Asie du nord.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pauline Kerscaven sur le plateau de Bali Breizh

Les + Lus