Vendée Globe : premières avaries, Jérémie Beyou fait demi-tour !

Trois jours après le départ du Vendée Globe, la nuit dernière a été rude. Une vanne de foil a cassé à bord de PRB, des litres d'eau se sont infiltrés dans le bateau du Malouin Kevin Escoffier. Jérémie Beyou a lui percuté un OFNI. Le Finistérien fait demi-tour aux Sables d'Olonne pour réparer.

Trois jours après le départ, Jérémie Beyou a décidé de retourner aux Sables d'Olonne pour réparer son safran endommagé.
Trois jours après le départ, Jérémie Beyou a décidé de retourner aux Sables d'Olonne pour réparer son safran endommagé. © Loic VENANCE / AFP


Coup dur pour le Finistérien Jérémie Beyou. Le skipper de Charal, un des grands favoris du Vendée Globe, a percuté mardi soir au large des côtes espagnoles un "OFNI" (ndlr : objet flottant non identifié).
 


Cet objet a endommagé l'un des safrans de son bateau Charal. Le navigateur, qui participe à sa quatrième course autour du monde en solitaire et sans escale, a décidé ce mercredi midi de faire demi-tour vers les Sables d'Olonne pour réparer.

"Avec un point de renvoi d'écoute arraché, un safran amoché, sachant qu'il est possible que le foil ait aussi tapé, et une bastaque cassée, ça faisait beaucoup pour un troisième jour de course",
précise Pierre-François Dargnies, son directeur technique.

Jérémie Beyou, troisième lors de la dernière édition (2016/2017) effectuait une réparation temporaire pour un souci de renvoi d'écoute dans des conditions de mer difficiles, quand au même moment il a percuté cet "objet flottant non identifié".
 

La seule escale technique autorisée


Le skipper a le droit de revenir aux Sables d'Olonne pour réparer dans la limite de 10 jours après le départ. Il s'agit de la seule escale technique autorisée lors de laquelle une équipe technique peut monter à bord dans les 3 milles nautiques (5,5 km) avant la bouée Nouch Sud (qui marque le point d'arrivée du Vendée Globe).

C'est ce qu'a fait Fabrice Amedeo (Newsrest - Arts & Fenêtres), revenu dans le port des Sables d'Olonne, dès le lendemain du départ, lundi 9 novembre, pour réparer une fissure en haut du mât avec son équipe. Il est reparti mardi soir. 

En 2008, Michel Desjoyeaux était revenu aux Sables après une panne de moteur. Il était reparti avec presque deux jours de retard et a remporté au final son deuxième Vendée Globe.

Jérémie Byou devrait arriver aux Sables d’Olonne vendredi en fin de journée. Le skipper de Charal a jusqu’à mercredi 18 novembre 14h20 pour repartir en course.
 

Le Malouin Kevin Escoffier face à une importante voie d'eau


Les skippers du Vendée Globe ont dû affronter dès mardi soir un front violent, avec des vents dépassant les 30 noeuds (ndlr : 55 km/h) et des creux de plus de trois mètres. La mer était très formée, quand vers 2h du matin, avant de virer de bord, Kevin Escoffier, alors 9ème du classement du Vendée Globe, s'est lui, aperçu qu'il y avait une grosse voie d'eau à bord de son imoca PRB.

C'est en allant faire sa vérification habituelle à l’avant du bateau, que le Malouin s'est rendu compte qu'une vanne de foil tribord (vanne qui sert à évacuer l’eau du puits de foil) avait cassé laissant s’infiltrer des litres d’eau dans PRB.
 
"Le skipper s’est alors mis sous trois ris seul pour vider l’eau, ce qui lui a pris pas mal de temps au petit matin", explique ce mercredi matin un communiqué de PRB. La voie d’eau est maintenant maîtrisée.

 

Option jacuzzi ce matin sur PRB ! Ce n’est jamais quand il y a 5 nœuds de vent mais toujours quand il y en a 40 !

Kevin Escoffier, skipper de PRB



"J’avais 40 nœuds constants, je suis venu faire mon check de la zone habituelle à l’avant. Et en venant, voilà... raconte le Malouin dans la vidéo qu'il a fait parvenir ce mercredi. Je suis en train d’éponger. Je ne sais pas comment a cassé cette vanne. En tout cas ce qui est sûr, c’est que je n’ai pas mis le pied dessus dans cet endroit-là. Il faut que je tienne le coup pendant une heure avant de virer et je pourrais réparer ça en tribord amure."


Résultat ce mercredi matin, Kevin Escoffier est descendu de la 9ème à la 11ème place du classement provisoire de ce Vendée Globe. 
 

Armel Tripon a sécurisé son mât


Le Nantais Armel Tripon, skipper de L'Occitane en Provence, pensait se dérouter vers La Corogne (Espagne) pour réparer un problème survenu dans le mât durant la nuit très agitée de mardi à mercredi.

"La voile est tombée à bord mais elle est récupérable, il y a des travaux à faire", a expliqué la direction de course du Vendée Globe, indiquant que le skipper a subi la casse du hook de son J3 (voile d'avant).

Après avoir évalué toutes les solutions techniques possibles pour remplacer le Hook de ce J3 avec l’équipe technique de l’Occitane en Provence, Armel Tripon a décidé ce mercredi matin de reprendre sa route en ayant sécurisé son mât. "Il profitera ultérieurement d’une accalmie pour procéder à la réparation en mer", indique son équipe.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile