VACANCES. Budget, emplacements, locations, pièges à éviter : tout savoir pour des vacances en van réussies

Publié le Mis à jour le

En France, c’est la Bretagne qui a les faveurs des vanlifers. Il faut croire que la région, entre ses plages qui changent de visages suivant les marées, ses criques, ses ports, ses rivières, ses sentiers, côtiers ou non, son réseau de petites villes, son arrière-pays ni plat ni montagneux, se prêtent bien à des vacances en van. Petit guide pratique avant de partir.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

La Bretagne a été désignée destination française préférée des "vanlifers". On y retrouvait d'ailleurs le week-end du 18-19 juin un festival dédié, le Breizh vanlife festival.

Budget voyage en van aménagé : attention au carburant !

Pas de frais d’hôtel ni de gîtes, tout au plus un emplacement de camping. En ce qui concerne le  logement, vous êtes largement gagnant. Idem pour la restauration : vous disposez d’une cuisine alors vous pouvez faire vos courses à l’épicerie et concocter vos repas sans payer plus cher qu’à la maison. Sur ces deux aspects là, vous commencerez à amortir la location ou l’achat du van, une dépense souvent considérable.

Mais il y a un poste sur lequel vous n’allez pas économiser : le carburant. D’abord parce qu’un van, quel soit-il, consomme beaucoup d’énergie. Ensuite, parce que l’esprit même de la van life, c’est de rouler, voir du pays, et de ne pas rester au même endroit en permanence.


Les erreurs à éviter quand on voyage en van

  • Soigner la vie de groupe
    Dans un van, l’intimité n’est pas la même qu’à la maison, loin de là. Le plus souvent, on part en famille ou avec son copain ou sa copine. Plus que jamais, il faudra rester à l’écoute de l’autre et faire des compromis
  • Préserver son eau : cuisine, vaisselle, toilette.
    Les litres d’eau s’accumulent dans notre mode vie. Pensez-bien à emmener et remplir un gros bidon d’eau avant de partir, et pensez à ce bidon quand vous lavez votre assiette ou vos dents.

  • Gardez un peu de spontanéité,  ne collez pas  à un plan de voyage préparé dans les moindres détails.  
    S’il peut être important de savoir un peu où on va, profitez d’être en pour improviser la route de vos vacances. Pour une fois, vous avez moyen de suivre vos envies, de vous adapter à la météo. Laissez-vous aller !

  • N’attendez pas la soirée, ni même la fin d’après-midi pour décider d’un endroit ou rester pour la nuit. En arrivant avant que le soleil ne décline, vous y voyez clair, vous anticipez les mauvaises surprises, et ça vous laisse le temps de chercher un peu, avant de trouver l’endroit qui vous convient. Si vous avez des enfants, ils apprécieront de pouvoir jouer un peu avant de diner. E vous aussi !

  • Eviter les endroit en bord de route, ou les places de village
    Ces endroits seront peut-être bondées le lendemain matin quand tout le monde viendra faire ses courses et vous réveilleront inexorablement (surtout si c’est jour de marché et que vous n‘aviez pas vu !). Anticipez aussi le son des cloches de l’église ou du camion-poubelle.

  • Ne stationnez pas dans la pente
    Mauvaise nuit assurée dans un van penché. Le mieux est d’avoir des cales pour redresser le van si besoin.

  • Si vous êtes loin des commerces et que vous n’avez pas de vélo à bord, prévoyez d’avoir de quoi prendre un petit déjeuner avant de fermer le camion.
    Passer le van de mode nuit en mode jour est quand même assez long, et si vous devez procéder à cette opération pour utiliser le van pour aller chercher vos croissants et votre café, c’est moins sympa.

  • Eviter les regroupements
    Bien sûr, vivre en communauté peut être très sympa mais, à l’image des camping-cars, l’effet est désastreux sur l’image des vanlifers. Et peuvent inciter les élus locaux à agir en conséquence

  • Ne pas tout miser sur les applis
    Elles s’appellent Park4night, Camper contact, etc. Elles sont très pratiques car elles vous indiquent tous les bons plans pour rester dormir dans le coin où vous êtes, avec l’avis des utilisateurs. Le revers de la médaille c’est que, comme avec bison fûté ou Waze par exemple, tout le monde suit les recommandations de l’appli et du coup il y a foule.

Stationnement, camping sauvage : une règlementation un peu floue

Le code de la route nous autorise à stationner comme une voiture et ne nous interdit pas de dormir à bord. Le camping sauvage, en revanche, est interdit. Donc, halte au déballage : ne sortez la table et les chaises pliantes que lorsque c’est possible. Veillez bien, aussi, à vidanger votre réserve d’eau grise dans des endroits appropriés.

Il existe aussi, dans certaines communes, des réglementations locales nous interdisant de passer la nuit sur tel ou tel parking. Ne jouez pas au plus malin, sous peine de risquer une amende.

Des petits accessoires pour rendre la vie plus douce

Pour bien profiter de vos journées, de vos soirées et de vos nuits en van, n’oubliez pas les stores occultants mais aussi un surmatelas, car la banquette dépliée est particulièrement inconfortable.

Les petits accessoires ne doivent pas non plus être négligés : une trousse à outils, une lampe-torche, une bougie anti-moustique, du papier essuie-tout, une enceinte bluetooth et bien sûr… le tire-bouchon !

Louer un van? Autour de 1000 euros la semaine

A l'achat, les prix minimum tournent autour de 40.000€ pour les fourgons et 45.000 € pour les vans. Mais attention, l’addition grimpe avec l’équipement.

Mais le mieux, c'est sans doute de louer un van dans un premier temps, pour voir si ça vous plaît. 


En Bretagne, des sociétés comme van-it, ou encore keltic van, proposent des fourgons aménagés en location, avec différents styles selon vos besoins.

Vous pourrez peut-être faire de meilleures affaires sur les plateformes de location entre particuliers,  Yescapa.

Les prix d’une semaine en haute saison tournent autour de 800 et 1100€.