Le vendredi à la cantine de la Chapelle-des-Fougeretz : chut, pas de bruit

Les écoliers de la Chapelle-des-Fougeretz travaillent sur le bruit qu'ils font, notamment pendant les repas à la cantine / © B. Galmiche - France Télévisions
Les écoliers de la Chapelle-des-Fougeretz travaillent sur le bruit qu'ils font, notamment pendant les repas à la cantine / © B. Galmiche - France Télévisions

Pour les enfants, c'est le moment où ils peuvent décompresser : la cantine... Mais parfois, un peu trop. Certaines écoles ont décidé d'organiser des "vendredis pas de bruit". Les élèves de la Chapelle-des-Fougeretz sont invités à réduire le niveau sonore.

Par E.C

Un vendredi à la cantine de la Chapelle-des-Fougeretz, seul le bruit des assiettes et des verres résonne, avec quelques chuchotements. Le personnel incite les élèves à faire silence ou presque, dès l'entrée dans la salle de restauration. Sur les tables sont posées des feuilles d'auto-évaluation avec un code couleurs : "quand on est sage, on est dans le vert, quand on n'est pas sage on est dans le rouge, quand on est dans la moitié on est dans le orange."


86 décibels habituellement, 76 décibels pendant le vendredi pas de bruit


"Des fois, les midis c'est bruyant", raconte Anaïs, membre du personnel et d'ajouter "on essaie de réduire le bruit, ça nous soulage." 

Avec cette opération, l'établissement scolaire souhaite que les écoliers comprennent comment ils font du bruit et comment ils peuvent agir dessus. "L'enfant doit réaliser que limiter le bruit, c'est un confort, un bienfait pour lui. L'adulte, lui, doit réaliser qu'il peut agir d'une autre manière que par la sanction." Grâce à cette initiative, le service du repas se fait plus sereinement car le bruit occasionne stress et fatigue. 
 

"L'enfant est au coeur du processus, il a des outils pour évaluer le bruit qu'il fait" explique Vincent-Jean Terrienne, directeur périscolaire à la Chapelle-des-Fougeretz en évoquant les feux tricolores installés sur les tables ou les casques anti-bruit à disposition qui permettent de montrer les différences de niveau sonore. Des aménagements sur le mobilier ont également été mis en place : embouts en caoutchouc sous les pieds des tables, nappes pour atténuer le bruit des couverts. 

Le bilan est positif, avec une réduction des décibels. Le travail entamé en septembre doit se poursuivre à long terme et viser les points faibles, comme les temps d'attente pendant le service qui occasionnent encore les envolées sonores.  



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus