Isolation à 1 euro : gare aux fraudes !

"Travaux d’isolation thermique à 1 euro" : vous avez sûrement reçu cette publicité dans votre boite mail, votre boite aux lettres ou encore par téléphone… Si l’offre est bien réelle, il existe de nombreux pièges et arnaques à éviter.
 

© Jean-Luc Flémal/BELPRESS/MAXPPP

"Gare aux arnaques", crient la répression des fraudes et la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP).

Pour comprendre ce qui se cache derrière ce problème, revenons à la case départ : en 2017. A cette période, le gouvernement instaure un dispositif : la prime "Coup de pouce isolation". Objectif : aider les foyers avec des revenus modestes à mieux isoler leur logement et réduire leurs factures énergétiques.

Le montant des aides varie selon les revenus des ménages. Pour les plus modestes, un euro symbolique peut seulement être demandé pour une prise en charge intégrale des travaux. 

Le coût des travaux est en partie pris en charge par l’entreprise. En échange, elle obtient un Certificat d’Economie d’Energie (CEE). Et pour toutes les opérations qui permettent aux particuliers d’économiser de l’énergie, l’entreprise cumule les CEE, comme l’explique Marianne

Tous les trois ans, un bilan est effectué. Si l’entreprise ne réunit pas assez de CEE, elle sera pénalisée.

  

Mais alors qu’est-ce qui inquiète la DDPP ?


Le professionnel se dédommage grâce aux aides qu’il perçoit en retour des travaux. Le problème : ces aides ne sont pas toujours à la hauteur de la tâche effectuée. 

"Les personnes qui isolent à un euro bénéficient des aides directes des clients donc prime CEE et autres aides cumulables. Les travaux doivent impérativement être réalisés sur des durées n’excédant pas une demi-journée", nous explique Fabrice Tremblay, artisan-isolation dans le Morbihan (56).

Résultat : les entreprises travaillent rapidement avec un budget contraint. Concrètement, pour ne pas perdre d’argent, les artisans font seulement ce que représente le montant des aides.
 

Les conséquences d’un travail mal fait peuvent être désastreuses pour le particulier qui pensait faire des économies.



"S’engager sur une opération à 1 euro, certes, ce n’est qu’un euro pour sa propre bourse sauf que ça veut dire qu’on a annihilé tous ses droits aux subventions. Si on s’aperçoit que les travaux sont mal faits et qu’on veut les faire refaire, ce sera plein pot, il n’y aura plus aucune aide possible", met en garde Marie-Annick Legris, Présidente de la Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) Morbihan.

 

En Bretagne, un réseau d'informations locales efficace 


Pour éviter les mauvaises surprises et interventions douteuses, il existe des solutions. 

"En Bretagne, on est très bien doté par rapport à ça, on a des plateformes locales de rénovation de l’habitat. Le but est de réussir à conseiller de manière neutre les gens pour les aider à identifier les artisans qui travaillent et sont reconnus garant de l’environnement, qui ont la labellisation qui permet de faire les travaux et d’avoir les aides derrière", nous confie Cédric Peinturier DDTM – Chef de Service Urbanisme et Habitat.

Particulier, si vous avez besoin d’une rénovation énergétique, sachez qu’une visite technique préalable et la remise d’un devis sont obligatoires. Ils permettent "d’identifier précisément la société, la nature des travaux envisagés", précise la DDPP. 
 

Pour plus d’informations sur ces offres d’isolation à 1 euro, vous pouvez contacter le réseau FAIRE mis en place par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME).  
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gare aux arnaques consommation économie environnement société