Cet article date de plus de 4 ans

Langue bretonne : Participer à la Redadeg pour soutenir des actions concrètes

La Redadeg 2016 partira de Nantes le 29 avril et traversera les 5 départements de la Bretagne historique. Objectif : mobiliser de manière festive tous ceux qui veulent garder vivante la langue régionale. Particuliers et entreprises peuvent acheter chaque kilomètre courru pour financer des projets.
© Redadeg
Tous les 2 ans depuis 2008 chacun peut participer à ce passage de relais à travers la Bretagne et le département de Loire-atlantique, cette Bretagne historique qui n'est toujours pas reconnue par le récent redécoupage des régions. Clin d'oeil peut-être à nos hommes politiques, la Redadeg prend son départ cette année à Nantes.

L'objectif est d'abord de démontrer combien la langue bretonne est soutenue par la population bien au-delà de ceux qui la parlent. Soutenue aussi par des personnalités, des artistes, des sportifs au nom du droit à la différence et de la sauvegarde de l'ensemble du patrimoine constitué autour du breton.
Courir pour la langue bretonne

Le breton en danger

La langue bretonne est venue d'outre-Manche et s'est implantée en Bretagne depuis le Vème siècle. Mais depuis son interdiction en 1902 dans les écoles de la IIIe République, le nombre de locuteurs n'a pas cessé de diminuer tout au long du 20ème siècle. Selon un sondage TMO cité par Fanch Broudig (ex présentateur des émissions en breton de France 3 Bretagne), il restait environ 172 000 locuteurs actifs en 2007. Mais depuis les années 80, les classes bilingues et surtout les écoles Diwan qui enseignent le breton en immersion, tentent d'inverser la tendance. Chaque année le nombre de classes et d'écoles augmentent (plus de 4000 élèves en 2015). La moitié des bénéfices de la Redadeg vont à Diwan (le germe en breton).

Un évènement festif et populaire

La course ne s'arrête pas, elle se déroule de nuit comme de jour en continuité. Mais la Redadeg n'est pas une compétition. c'est d'abord une fête populaire. Chacun peut venir courir pour le plaisir, sur un tronçon de son choix, pour accompagner le relais.. En de nombreux lieux, villages ou villes traversées, des fêtes sont organisées avec des jeux bretons ou de la musique.

Brezhoneg ha Plijadur" du Breton et du plaisir, c'est le slogan de l'opération.


La Redadeg est gratuite et pour tous, jeunes et moins jeunes, car c'est d'abord une fête intergénérationnelle, pour défendre l'idée que sauver le breton c'est sauver une culture sous toutes ses formes : musique, danse, contes, jeux, sports et tous les arts traditionnels. C'est donc un moyen de créer du lien et pas besoin de parler breton d'ailleurs les Basques (qui ont inventé le principe de la course) mais aussi les Occitans, Irlandais, Gallois et Ecossais se joignent volontiers à la fête.

Financer des projets pour faire vivre la langue bretonne

On l'a vu plus haut la moitié des dons collectés par la Redadeg iront à Diwan, l'autre à des initiatives en faveur du breton. À chaque édition un comité de sages décide des projets qui seront retenus autour d'un thème. En 2014 c'était la formation des adultes pour apprendre le breton. Cette année ce seront des domaines ou des espaces culturels trop souvent abandonnés par le breton : Une micro-crèche en Pays Nantais, un projet cinématographique en breton, un réseau social de rencontre en breton avec gîte et couvert en Bretagne, des supports numériques en breton pour :les médiathèques, des contes et histoires enregistrés à l'usage des enfants en famille, une série de sketches pour le web et même une formation d'animateur en gallo pour enfant.
Les 7 tronçons de la Redadeg 2016
Les 7 tronçons de la Redadeg 2016 © Ar Redadeg


Il reste des kilomètres à vendre

A chaque édition la course gagne en notoriété et elle s'allonge avec le succès. Cette fois elle fera 1700 km soit 200 de plus qu'en 2014. Sur la Redadeg 2016 plus de 1250 km ont déjà trouvé preneurs. Chaque kilomètre est vendu 100 euros aux particuliers ou 200 pour les entreprises. On peut voir sur le site les kilomètres en vert qui sont encore à vendre dans chaque "pays" traversé comme ici dans le Léon.
La partie de la Redadeg 2016 dans le Léon
La partie de la Redadeg 2016 dans le Léon © copie d'écran

En cliquant sur les kilomètres achetés on peut découvrir les familles ou associations toujours plus nombreuses à soutenir l'opération.

Le témoin que les coureurs se passent de kilomètre en kilomètre renferme un message secret qui sera lu à l'arrivée peut-être parce que le chemin importe autant que l'objectif.
La Redadeg à Landerneau en 2012
La Redadeg à Landerneau en 2012 © Ar Redadeg


La course partira le 29 avril à 18h de Saint-Herblain dans l'agglomération de Nantes pour arriver le samedi 7 mai en fin d'après-midi à Locoal-Mendon entre Lorient et Vannes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture bretonne culture culture régionale