• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ligue 1 : le match Brest-Reims interrompu pour des chants insultants à caractère homophobe

L'attaquant brestois Gaetan Charbonnier, auteur du but face à Reims lors de la 3e journée de championnat de ligue 1 ay =u stade Francis le Blé - 24/08/2019 / © AFP - F. Tanneau
L'attaquant brestois Gaetan Charbonnier, auteur du but face à Reims lors de la 3e journée de championnat de ligue 1 ay =u stade Francis le Blé - 24/08/2019 / © AFP - F. Tanneau

Une semaine après l'interruption momentanée du match de Ligue 2 entre Nancy et Le Mans en raison de chants insultants à caractère homophobe, la rencontre de Ligue 1 entre Brest et Reims a elle aussi été arrêtée pour les mêmes raisons ce samedi 24 août. Le point sur ces nouvelles décisions arbitrales

Par Thierry Peigné


Cette rencontre entre le Stade Brestois et le Stade de Reims aura donc été marquée par une interruption en début de seconde période demandée par l'arbitre, suite à des chants à caractère homophobe scandés dans les tribunes par une poignée de supporters bretons : "La Ligue, la Ligue, on t’enc...". Monsieur Ben El Hadj a fait arrêter le jeu un bref instant pour demander au speaker de faire passer un message à l'adresse des supporters : "Merci de cesser les propos que nous venons d’entendre, sinon la rencontre sera arrêtée " a-t-on pu entendre dans l'enceinte du stade Francis Le Blé. Une première pour un match de Ligue 1.

Réactions en fin de match

À la fin de la rencontre, l'entraîneur brestois Olivier Dall'Oglio est revenu sur l'incident : "Il faut peut-être que les tribunes se nettoient petit à petit, quelque part. Après, il faut faire attention à ce qu'on dit. C'est compliqué d'arrêter un match aussi, c'est dur pour les joueurs, pour nous, de redémarrer derrière. Après, il y a des lois et des règles qu'on respecte."

Pour Jean-Pierre Caillot, le président du Stade de Reims, il "espère qu'on va arrêter de dire ce genre de choses" même s'il rappelle qu' "il a toujours entendu" ce type d'insultes.
 

D'autres interruptions de matchs à venir?

Ce fait de match intervient une semaine après la polémique autour de la rencontre entre Nancy et Le Mans en Ligue 2. Ce match de la 4e journée de Ligue 2 avait été interrompu quelques instants par l'arbitre, en raison de chants insultants envers la Ligue de Football Professionnel (LFP).

Le 18 août dernier, lors du match Rennes - PSG en Ligue 1, des chants de supporters qualifiés d'homophobes par la LFP ont également été entendus : "Paris ! Paris ! On t'enc...". Les insultes ont été consignées mais ni l'arbitre ou l'arbitre délégué n'ont jugé nécessaire d'interrompre le match.

Si la saison dernière, plusieurs matches avaient été interrompus suite à des chants racistes, en Ligue 1 comme dans d'autres championnats, l'interruption du jeu par l'arbitre pour des chants à caractère homophobe est nouveau. Par contre, tout ceux qui ont fréquenté les stades de l'Hexagone savent bien que ce type de chants et d'insultes ne sont pas une nouveauté.

"Ce n'est pas parce qu'elles sont anciennes que ces pratiques doivent perdurer. Les insultes, homophobes notamment, sont interdites par la loi et elles seraient tolérables dans les stades ?", avait tweeté en mars dernier la ministre des Sports. Elle avait dit sur franceinfo qu'elle encourageait la LFP " pour qu'il y ait des pénalités et que les clubs deviennent plus responsables". Un message qui pourrait avoir été entendu.
Reste à savoir si ces interruptions de matchs ne risquent pas d' "encourager" certains supporters frondeurs à réitérer ou à continuer à scander ces insultes.
 

Des sanctions réclamées par les associations

Sur les réseaux sociaux, le débat est vif entre ceux qui saluent les décisions des arbitres et demandent des sanctions pour les clubs et ceux qui considèrent que ces insultes n'ont pas de caractère homophobe et qu'elles sont monnaie courante depuis fort longtemps dans les stades.

La semaine dernière, suite aux décisions récentes des arbitres, franceinfo avait interviewé le porte-parole du Collectif rouge direct alors que 18 rencontres depuis le début de la saison sont dans le viseur de la commission de discipline de la LFP pour des insultes ou chants à caractère homophobes. Ce dernier demande "une tolérance zéro par rapport à ces faits d'homophobie qui sont graves et punis par la loi" afin "que l'on prenne conscience que l'homophobie est quelque chose de très grave". L'ancien président du Paris foot gay préconise également "la prévention, la sensibilisation auprès des supporters". "Il faut faire des rappels à la loi, les rencontrer, discuter, échanger avec eux".

Homophobie dans le foot : "L'injure n'a rien à faire dans un stade"

Le porte-parole du Collectif rouge direct revient sur le phénomène des chants et insultes à caractère homophobe dans les stades.

La commission disciplinaire de la LFP se prononcera notamment le 28 août sur les sanctions potentielles qu'elle pourrait infliger aux clubs de Nancy et de Rennes.

Soulignons que Brest a remporté ce samedi face à Reims sa première victoire alors qu'il vient de rejoindre l'élite cette saison. Le club n'avait plus gagné en Ligue 1 à domicile depuis novembre 2012. Une victoire 1 à 0, grâce à un but de Charbonnier en toute fin de match sur un contre.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'Emmanuel Ethis, recteur de l'académie de Rennes

Les + Lus