Lorient : le FCL abandonne le gazon synthétique

La pelouse synthétique du stade du Moustoir à Lorient / © F3
La pelouse synthétique du stade du Moustoir à Lorient / © F3

La municipalité de Lorient prévoit de remplacer dès cet été le gazon synthétique bien abîmé du Moustoir par une pelouse hybride. Une décision qui devrait doubler la facture prévue par la ville qui assure dans le même temps que ce ne sont pas les contribuables qui paieront la différence.

Par Eric Nedjar

Ce devait être la solution d’avenir, une pelouse synthétique en lieu et place du bon vieux gazon au stade du Moustoir à Lorient. Ce choix devait permettre de réaliser de substantielles économies. Parce qu’une pelouse synthétique, expliquait-on alors, est plus facile à entretenir. Plus besoin d’arroser, de remplacer l’herbe abîmée, de repousser un match pour cause de gazon détrempé ou enneigé.

La fin des pelouse synthétique en 2018

Sauf que 6 ans à peine après son inauguration, ce revêtement "révolutionnaire" montre déjà quelque vrais signes de fatigue, des dégradations qui nuisent au bon déroulement des matchs. Aussi, la ligue professionnelle a-t-elle décidé d’interdire les surfaces synthétiques dans les stades de Ligue 1 et Ligue 2 à compter de la saison 2018-2019.

"La pose d’une pelouse synthétique avait été faite à la demande du club avec l’aval de la ligue professionnel", explique Marie-Christine Baro, adjointe au maire, déléguée à la politique sportive, en charge du dossier. "Dans notre projet initial, nous avions prévu un changement de la moquette en 2016, mais la ligue nous impose pour 2018 d’avoir une pelouse en herbe. On doit donc revoir notre projet initial."

Comme à Nantes ou Guingamp, une pelouse hybride

En réflexion depuis plusieurs mois, la décision a donc été prise d’abandonner le synthétique dès cet été pour le remplacer par une pelouse hybride (mélange de gazon et de fibres synthétique). Cette surface a déjà adopté la plupart des clubs de Ligue 1.

Mais tout cela aura un coût, qui va du simple à un peu plus du double. De 500 000 €, le remplacement d’une moquette synthétique par une autre moquette synthétique, la pose d’un gazon hybride est estimée à près de 1,2 M€.

Hors de question de donner plus !

"En 2010, quand nous avons opté pour le synthétique", précise Marie-Christine Baro, "nous avions prévu un investissement cet été d’environ 650 000 € pour le changement de moquette. Cela n’avait pas été officiellement programmé, mais nous nous préparions à un tel investissement. Pour nous, il est hors de question de donner plus. Le maire s’est engagé à ne pas augmenter les impôts."

Pour boucler son budget, la ville va donc devoir trouver de nouveaux partenaires. Le club, de son côté, s’est engagé à mettre sur la table 300 000 € et pourrait prendre en charge les frais d’entretien. Le projet sera présenté jeudi prochain en conseil municipal et soumis au vote pour que le chantier puisse débuter fin mai et profiter des 12 semaines de pause imposée par l’Euro 2016.

Ligue 1 : la surfaces des terrains en question

Interviews :
- Stéphane MOULIN, entraîneur d'Angers SCO
- Rémy RIOU, gardien de but du FC Nantes
- Lionel MATHIS, capitaine d'En Avant de Guingamp
- Marie-Christine BARO, adjointe à la politique sportive de la mairie de Lorient
- Jocelyn GOURVENNEC, entraîneur d'En Avant de Guingamp
- Sylvain HILLION, jardinier du Stade Rennais FC
- Karim HOUARI, Stadium manager du Stade Rennais FC

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus