• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Météo tempétueuse et flambée du prix de la langoustine

© France 3 Bretagne
© France 3 Bretagne

La météo très agitée de ces derniers jours complique les conditions de pêche... ce qui peut influer sur les menus des réveillons. Car, les langoustines très rares, sont donc encore plus chères que d'habitude en temps de fêtes ! Reportage dans le sud-Finistère.

 

Par Krystell Veillard

50 à 60 € le kg de demoiselles des mers... Sur les étals des Halles de Quimper la langoustine est soit totalement inexistante, soit affichée à un prix exorbitant, proposée quasi à l'unité pour orner les plateaux de fruits de mer, traditionnels en cette période de fin d'année. Beaucoup de poissonniers ont en effet refusé d'acheter le fameux crustacé, emblématique des ports bretons, vendu actuellement en Criée entre 36 et 48 € le kg selon la taille.

 

La mauvaise météo empêche les pêcheurs de travailler


Si la langoustine est si chère, c'est parce qu'elle est rare. Et si elle est rare, c'est parce que les conditions météo, avec des coups de vents qui succèdent aux tempêtes, empêchent les bateaux de sortir. Sur la trentaine de côtiers que compte le port du Guilvinec par exemple, seuls cinq sont sortis en mer ce vendredi 29 décembre. Peu de bateaux, peu de langoustines et les prix à la Criée s'envolent.
 
Langoustines à la Criée du Guilvinec (29) / © Muriel Le Morvan - France 3 Bretagne
Langoustines à la Criée du Guilvinec (29) / © Muriel Le Morvan - France 3 Bretagne


Et s'il y avait une leçon du jour à retenir, ce serait que lorsque fête rime avec tempête il faut savoir récompenser les pêcheurs de leur dur labeur ou attendre sagement le printemps pour profiter pleinement de la saison des langoustines, du mois d'avril au mois de juillet.
 

Le reportage à Quimper et au Guilvinec (29) de Muriel Le Morvan et Mathieu Herry 

La flambée du prix des langoustines
Reportage à Quimper et au Guilvinec (29) de Muriel Le Morvan et Mathieu Herry - Interviews : Stéphane Salaün, poissonnier - clients - Aurélien Kerloch, poissonnier - Éric Monfort, patron-pêcheur "Bérénice II"

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Exposition War à la Courrouze

Les + Lus