• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les drones marins développés en Bretagne : une nouvelle filière prometteuse

Le Monodrone, un drone marin pour la recherche scientifique / © Philippe Beaugey - France 3 Breagne
Le Monodrone, un drone marin pour la recherche scientifique / © Philippe Beaugey - France 3 Breagne

De nouvelles technologies sont en plein essor actuellement en Bretagne avec le développement des drones marins de surface, employés à des fins militaires, scientifiques, mais aussi pour la sécurité en mer.

Par Krystell Veillard


C'est un petit catamaran gris, de 2 mètres de long. Il s'appelle Ullysse et avec ses 30 kilos de capteurs électroniques, il est capable de cartographier les fonds marins, de connaître leur nature géologique de mesurer les vent, courant, température ou encore les paramètres chimiques de l'eau. Il rentre tout juste, d'une mission sur les bancs de corail autour de la Réunion. Cet engin, adapté à la zone côtière et aux grandes étendues (lac, rivère, fleuve), peut être utilisé notamment lorsque les conditions de navigation sont trop dangereuses pour un navire scientifique. 
 

Des drones au service de la recherche et de l'observation marine

Pour des eaux plus calmes, le "Monodrone"a lui aussi été conçu par Texys Marine à la Trinité-sur-mer, pour mesurer le courant et cartographier les fonds marins par exemple. Une machine qui peut embarquer tout type de capteurs. Il se déplace suivant un plan de mission défini sur un ordinateur et surveillé par un seul opérateur. Les missions pré-enregistrées peuvent être répétées afin de suivre l'évolution du terrain (l'envasement par exemple). Pierre Bourcier, de Texys Marine, explique ainsi que "Ses missions essentielles sont des missions scientifiques, la cartographie des fonds, les relevés de pollutions (...) il est capable de mesurer en surface et en profondeur. Globalement ce sont des bateaux qui permettent d'assurer le suivi de l'érosion côtière."
 

Des robots dédiés à la sécurité en mer

D'apparence plus classique mais très utiles aux pompiers, un de ces drones marins, est un bateau de secours insubmersible, qui peut recevoir un brancard. Une embarcation qui peut être télécommandée et aussi programmée pour faire des recherches sous-marines avec un sonar. Le "Speed Rescue", un autre de ces nouveaux robots, a lui pour mission de venir en aide aux naufragés. Plus rapide à mettre en œuvre que les secours traditionnels il diminue aussi les prises de risques des professionnels du sauvetage. "C'est une version embarquée qu'on va utiliser au même titre qu'un radeau de survie, sauf que là il est propulsé. On va le percuter, il va se gonfler automatiquement et se diriger sur le naugragé pour le ramener sain et sauf à bord." détaille Arnaud Cadieu, de DNG Solutions.
 

Drones et océans, une association pour une nouvelle filière

Une association de constructeurs s'est constituée en avril 2018 pour promouvoir l’usage du drone marin : Drones & Océans a installé son siège au Chantier Bretagne Sud, sur la rivière d'Etel, dans le Morbihan. Elle a été fondée par quatre entreprises de haute technologie marine : Texys Marine – ProLarge – Sea Proven – Chantier Bretagne Sud. Elle a déjà interpellé le gouvernement sur les besoins de cette filière naissante et prometteuse comme le cadre législatif du pilotage automatique.
 

Le reportage à Etel (56) de Marc-André Mouchère et Philippe Beaugey

Interviews : Pierre Bourcier, Texys Marine - Arnaud Cadieu, DNG Solutions

Sur le même sujet

Interview d'Aymeric Lesné

Les + Lus