Eoliennes de Guern : le préfet du Morbihan ordonne le démantèlement du parc éolien illégal

Publié le Mis à jour le
Écrit par V. Chopin avec AFP
Dans l’illégalité depuis plus de douze ans, un parc éolien du Morbihan doit être démonté au lieu-dit Nizio, à Guern, près de Pontivy (Morbihan).
Dans l’illégalité depuis plus de douze ans, un parc éolien du Morbihan doit être démonté au lieu-dit Nizio, à Guern, près de Pontivy (Morbihan). © C. Lemercier / MAXPPP

L'implantation et l'utilisation des éoliennes de Guern avaient été jugées illégales le 30 décembre par le Conseil d'Etat. Le préfet du Morbihan vient d'ordonner leur démantèlement.

Les trois éoliennes du parc de Guern dans le Morbihan vont donc devoir être démontées. Le préfet du Morbihan vient en effet d'ordonner le démantèlement de ce parc déclaré illégal par la justice, mais toujours en activité. C'est la suite logique de la décision du Conseil d'Etat rendue publique le 30 décembre dernier.

"A la suite de la décision récente du Conseil d'Etat rejetant le recours en référé, le préfet a décidé, le 6 janvier 2022, de signer un arrêté de suppression du parc (équivalent au démantèlement)", a indiqué la préfecture par courrier électronique.

"Décisions de justice enfin respectées"

Le parc éolien de Guern a été mis en service en 2008 par la société SNC Parc éolien de Guern après un permis de construire délivré en 2005. "Son implantation a été contestée dès le départ par les riverains en raison de sa proximité avec les habitations (380 et 450 mètres) et de son impact sur le milieu naturel", a précisé à l'AFP leur avocat, Maître Sébastien Collet.

"C'est une grande satisfaction pour les riverains de constater que les décisions de justice sont enfin respectées", s'est-il félicité. "Comme la durée d'un parc éolien est de 15 à 20 ans, la multiplication des procédures a permis d'exploiter le parc pendant une dizaine d'années et de faire du profit au détriment des riverains", a-t-il toutefois regretté.

"Je suis forcément heureux. Nos efforts, déplacements et dépenses engagées sont enfin récompensées... Mais il en aura fallu du temps !"

Jean-Jacques Pechard, président de l’ACPEG Association Contre le Projet Eolien de Guern

Dans l’illégalité depuis plus de douze ans, les trois éoliennes sont installées au lieu-dit Nizio, à Guern, près de Pontivy.

Un feuilleton judiciaire de plus de 12 ans

En 2009, les riverains avaient obtenu en justice l'annulation du permis de construire, décision confirmée en cassation en 2012 "pour motif de sécurité publique en raison d'un risque de projection de deux pales sur deux habitations", précise la préfecture du Morbihan.

En 2013, le préfet avait refusé la demande de régularisation de l'exploitant, les nouvelles règles d'implantation des éoliennes imposant une distance minimale de 500 mètres par rapport aux habitations.

"Ce n'est qu'en décembre 2019 (...) que le Conseil d'État a confirmé l'illégalité de la situation administrative du parc éolien de Guern", poursuit la préfecture.

En avril 2020, le préfet a alors mis en demeure l'exploitant de régulariser sa situation, ce qui impliquait une cessation d'activité ou le rachat des maisons situées dans le périmètre des 500 mètres.

L'exploitant, qui contestait l'arrêté et poursuivait son activité, s'est vu infliger une astreinte de 1.000 euros par jour de retard en mai 2021. Le 30 décembre 2021, le Conseil d'Etat n'a jugé finalement pas recevable son pourvoi en référé.

Une décision sur le fond concernant la contestation des sanctions administratives est attendue en 2022, mais la préfecture considère que "le contentieux concernant le fonctionnement du parc (...) est épuisé depuis fin 2019 et a conclu à son irrégularité".

Contacté par l'AFP, l'avocat de la société a souligné que "la Cour administrative d'appel de Nantes étudie encore la question sur le fond". "La question est pendante depuis un an environ et n'est pas tranchée", a insisté Maître Christoph Schödel. "Il y a eu des décisions en référé, mais les juridictions doivent d'abord se prononcer sur le fond. En fonction du résultat, on avisera".

"La détermination de l'autorité préfectorale à faire appliquer la décision du Conseil d'Etat du 18 décembre 2019 demeure entière malgré les freins posés par ces différents recours" indique la Préfecture.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.