• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Expériences Bretonnes: rencontrer l'un des dernier des sabotiers

Claude Simon, sabotier / © France 3 Bretagne
Claude Simon, sabotier / © France 3 Bretagne

Combien en reste-t-il en Bretagne? Deux, trois, peut-être quatre? Le métier traditionnel de sabotier a survécu à la modernité. A Camors dans le Morbihan, Claude Simon continue d'exercer son métier avec passion... Une passion qu'il partage en ouvrant son atelier au public.

Par Stéphane Grammont

Voilà un métier traditionnel qui a survécu à  la modernité: celui de sabotier Il n'en reste désormais qu'une poignée en Bretagne qui arrivent à en vivre. Pourtant en 1960 à Vannes, il se vendait les jours de marché près de 5000 paires de sabots.

Le village de Camors en a compté jusqu'à une centaine au début du siècle. Aujourd'hui, il n'en reste plus qu'un, Claude Simon. 

Il a pris la succession de son père, et dans son atelier rien n'a changé ou presque: même techniques, même matière première - le bois de hêtre - même gestes. 

Son atelier est ouvert tous les jeudi soir de l'été, à partir de 18h.

Expériences Bretonnes: rencontrer l'un des dernier des sabotiers





A lire aussi

Sur le même sujet

Eugénie Le sommer, star bretonne du foot

Les + Lus