Festival international du film insulaire de Groix : à la rencontre des îliennes du monde entier

Publié le

Pour sa vingtième édition qui se déroulera du 18 au 23 août 2021, le festival international du film insulaire de Groix se focalise non pas sur une île en particulier, mais sur une thématique transversale et universelle : la femme, l'îlienne.

A Groix comme dans de nombreuses îles, les femmes ont longtemps tenu un rôle essentiel pendant que les hommes étaient en mer. Et aujourd'hui malgré le déclin de la pêche, elles conservent une place majeure dans la vie insulaire.

C'est aux luttes, aux combats, aux joies, au quotidien des îliennes de tous les horizons, d'hier et d'aujourd'hui, que le festival international du film insulaire de Groix a choisi de consacrer sa vingtième édition, fidèle au projet initial de tisser des liens entre ces petits et grands cailloux, en portant par le cinéma le regard et la parole insulaires.

Des films courts ou longs, documentaires ou de fiction, pour un tour d'horizon contrasté des îliennes du globe.

"Cuba, Philippines, Corse, Tonga, Indonésie, Nouvelle-Zélande, Groix, îles du Canada, Islande, Martinique, Porto Rico, La Réunion, Chypre, l’Archipel des Chagos... Partout dans ces territoires insulaires des femmes, des jeunes filles, des mères, des anciennes agissent, se battent, combattent, revendiquent, luttent, se cherchent, chantent, filment, dansent, avec la volonté farouche de vivre et de faire vivre l’île sur laquelle elles sont nées ou qu’elles ont adoptée : leur île." explique Audrey Pesché, programmatrice du festival.


Sara Gómez, réalisatrice afro-cubaine méconnue en France

Une soirée spéciale sera consacrée à la cinéaste révolutionnaire afro-cubaine Sara Gómez (1942-1974), dont les films dénonçant la condition des femmes afro-cubaines et leurs difficultés d'intégration ont longtemps été censurés dans son pays. "Ça me tenait à coeur de mettre en lumière son oeuvre, teintée de féminisme et d'anticonformisme" précise Audrey Pesché.

"Au cours de la soirée on pourra voir un de ses courts-métrages, mais aussi le film d'Agnès Varda"Adieu les Cubains" pour lequel elle était assistante-réalisatrice, et le documentaire que lui a consacré la réalisatrice Alessandra Müller, qui sera présente pour échanger avec le public".
 

Des films engagés, ou contemplatifs

Le portrait intime d'une journaliste philippine qui lutte pour la liberté de la presse et dénonce les agissements du régime politique de son île, ceux d'une plongeuse en Corée du Sud et d'une pêcheuse en Iran animées par la même passion de la mer, la sélection en et hors compétition donne autant à réfléchir qu'à rêver.

Et en bonus pour ces 20 ans, la projection coup de coeur de sept films qui ont marqué l'histoire du festival.