Groix: L’île bleue de Valérie Windeck

© Sabine Marie-Murgue - France 3 Bretagne
© Sabine Marie-Murgue - France 3 Bretagne

On dit que l’Ile de Groix choisit ses habitants, Valérie Windeck a prolongé sa première escale, 5 ans déjà ! Groix est désormais son île, son atelier, son terrain de recherche. A la rencontre de cette artiste plasticienne aussi designer qui travaille sur le paysage et une couleur: le bleu.

 

Par Sabine Marie-Murgue

Pour moi, l’Ile de Groix, c’est une matière, un atelier, une matière à penser.


Artiste  plasticienne et designer, Valérie Windeck, aime glaner les laisses de mer sur la plage de Kermarec. Des filets, des bouts d’algues, des morceaux de plastique ou du sable,‘’C’est ma palette, mes couleurs, mes tubes de peinture, dit–elle. Tout ce que je trouve sur la plage, je vais m’en servir de matériaux, pour parler du paysage de Groix, le raconter avec ces éléments''.

 
Groix : L’île bleue de Valérie Windeck


Une artiste Robinson toujours en exploration

Valérie Windeck aime arpenter le paysage à travers différents médiums: collage et assemblage, peinture acrylique sur toile, ardoise ou plâtre. Cette artiste contemporaine explore aussi  la photographie et la vidéo. Contemplative mais aussi très active, elle ne cesse d’expérimenter de nouvelles techniques, comme celle du cyanotype. Après avoir fait une composition de ces objets dans le noir sur une feuille de papier spécial, Valérie les révèle au soleil."Ce sont des monotypes, des pièces uniques, nous confie t-elle. Quand j’ai découvert cette technique, ce qui m’a plu tout de suite, c’est ce bleu de Prusse, on est vraiment dans l’eau !" Le rendu flou permet aussi cette immersion dans les fonds marins de l’île.’’

Cyanotype

 

 

L’Ile de Groix, c’est Enez Groé, c’est Enez blue, pour moi c’est l’île bleue !

Valérie Windeck peint aussi le ciel, la mer, les vagues qui arrivent doucement. "Le bleu, une couleur qui fait force sur l’ile de Groix, je travaille exclusivement cette couleur vibrante, absorbante’’. Et comment parler du bleu sans évoquer Le bleu IKB de Yves Klein : "C’est vraiment le peintre du bleu, annonce t-elle, l’artiste du bleu !. Avec des pigments, de l’acrylique, par touches spontanées avec le pinceau ou carrément les doigts, "ma petite cuisine personnelle’’ nous confie-t-elle avec un petit sourire, Valérie tente de traduire ce mouvement de flux et de reflux de la mer, de peindre des fragments, des "tranches de paysage".
 

Techniques mixtes sur papier et sur verre



 

Ce que j’aime dans la peinture classique, ce sont les seconds plans

Le paysage, l’horizon toujours à perte de vue depuis l’Ile de Groix, impose aussi une limite de territoire. C’est aussi l’infiniment grand et l’infiniment petit. Ses nouvelles pièces, des petits cercles de verre "Univers" empreints de matière bleutée, figée, nous plongent à l’inverse dans cet univers hors champs, sans limite, "ça fait référence à ces peintures du XIXème, précise-t-elle, ces peintures romantiques comme celles de Caspar David Friedrich. C’est toute cette culture paysagère en art qui me touche". Dans les toiles de ce peintre romantique allemand, Valérie Windeck aime s’attarder sur les paysages en arrière-plan, propice à la rêverie, à la création de son propre paysage.
 
Le moine au bord de la mer - Caspar Friedrich
Le moine au bord de la mer - Caspar Friedrich

 

Le paysage, ça n’appartient qu’à soi, et hop, ça s’échappe !

Le paysage, un espace que l’on perçoit chacun de manière différente, "Le paysage n’est que pour ce qu’il est au moment où son observateur le voit et le perçoit" souligne Valérie qui tente ainsi de capter cet instant unique, éphémère. A nous ensuite à travers ses œuvres de le prolonger, de raconter notre propre paysage.


La traversée de Valérie Windeck

Après 5 années de Beaux-Arts à Saint-Etienne avant de préparer un post-diplôme à l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Paris, Valérie Windeck, alterne entre sa recherche artistique et son métier de designer. Très impliquée dans la vie insulaire, Valérie présidente de l’association IAC propose aussi chaque été avec des artistes insulaires de ce collectif Iles Art Contemporain et les écoliers de l’île un parcours artistique, un hommage à leur île.


 

Projets à venir

En octobre prochain, présentation de son film « j’habite sur une île » lors de l’évènement ILES2019, regards croisés des sciences, des cultures et de la société.

Préparation de plusieurs expositions pour 2020 dans le Morbihan à Paris et en Asie…
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Anaëlle Cardin, directrice de l'école Madeleine à Guingamp

Les + Lus