Manifestation du réseau des écoles Diwan .Les préfets interpellés pour inciter les communes à verser le forfait scolaire

Le réseau Diwan manifeste dans plusieurs villes bretonnes ce samedi 16 octobre pour défendre l’application du forfait scolaire permettant de financer ses écoles. Il réclame le soutien des préfectures dans la collecte de cette somme.

Initialement prévue à Saint-Brieuc, Quimper, Lorient et Rennes, la mobilisation est annulée à Rennes après avoir obtenu une réponse favorable sur le département. Néanmoins, le réseau Diwan se mobilise ce samedi dans les autres villes devant les préfectures et les sous-préfectures pour réclamer l'application du forfait scolaire indispensable pour le financement des ses écoles.  

Un manque à gagner de 600 000 euros

Fin septembre 2021, Diwan lançait l’alerte : le mauvais versement du forfait scolaire représenterait plus de 600 000 € de manque à gagner pour le réseau, l’an dernier. Le forfait scolaire, c’est la contribution financière que les communes doivent verser à Diwan lorsqu’elles ne proposent pas d’offre d’enseignement de langue régionale.

Depuis des années, Diwan se plaint des difficultés à collecter ce forfait, qui a longtemps été facultatif. Depuis le vote de la loi Molac, promulguée le 23 mai 2021, cette contribution est obligatoire. Mais pour s’assurer que la règle soit bien respectée, « nous souhaitons avoir la garantie que les préfectures seront présentes aux côtés de Diwan », écrit le réseau dans un communiqué ce jeudi 14 octobre.

A Lorient, ils étaient une centaine, réunis devant la sous-préfecture. Parmi eux, Anne-Sophie Brats Vice-présidente du réseau Diwan
en charge du 1er degré afin de solliciter l'Etat pour contacter les mairies et leur adresser des courriers.

Ces forfaits sont importants, nos enfants y ont droit! Ils permettent de rémunérer les salariés des écoles Diwan, mais nous souffrons d'un énorme manque à gagner car les communes nous versent parfois des montants insincères.

 Anne-Sophie Brats Vice-présidente du réseau Diwan en charge du 1er degré

Rien que dans le Morbihan, souligne t-elle, il y a un déficit de forfait scolaire de 70 000 euros.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social éducation société culture bretonne culture régionale