• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les rassemblements de soutien à Vincenzo Vecchi se multiplient pour qu'il ne soit pas remis à la justice italienne

Rassemblement de soutien à Vincenzo Vecchi devant la mairie de Lorient - 19/08/2019 / © France 3 Bretagne - S. Izad
Rassemblement de soutien à Vincenzo Vecchi devant la mairie de Lorient - 19/08/2019 / © France 3 Bretagne - S. Izad

Plusieurs rassemblements de soutien à l'ex-activiste Vincenzo Vecchi, arrêté dans le Morbihan, ont eu lieu ce lundi soir. Ce ressortissant italien, condamné à de la prison pour avoir participé à des manifestations violentes lors du G8 à Gênes en 2001, pourrait être remis à la justice de son pays.

Par Thierry Peigné


Ils étaient près de 250 le mercredi 14 août devant le parlement de Bretagne lorsque Vincenzo Vecchi comparaissait devant la chambre d’instruction de Rennes.

Les soutiens à ce ressortissant italien, arrêté le 8 août dernier se multiplient. L'homme, incarcéré depuis une dizaine de jours, devrait savoir ce vendredi 23 août si la justice française le remet aux mains des autorités italiennes. Une issue inconcevable pour tous les amis et soutiens à Vincenzo Vecchi qui vivait, depuis plus de huit ans, bien intégré du côté de Rochefort-en-Terre dans le Morbihan.
Une petite centaine de personnes présentes devant la mairie de Lorient - 19/08/2019 / © France 3 Bretagne - S. Izad
Une petite centaine de personnes présentes devant la mairie de Lorient - 19/08/2019 / © France 3 Bretagne - S. Izad
 

"Une sanction disproportionnée"

L'ex-activiste, recherché depuis 2001, a été condamné deux fois en Italie, en son absence en 2009 et 2007. Une première fois à Gênes (à 12 ans de prison) pour "dévastation et saccage" contre des biens pour sa participation au G8 de Gênes en juillet 2001 où un manifestant avait trouvé la mort, et une seconde fois (4 ans de prison) pour sa participation à une manifestation antifasciste, non autorisée, à Milan en 2006. Une condamnation sévère et "une sanction disproportionnée" selon la centaine de personnes qui s'est rassemblée ce lundi soir devant la mairie de Lorient alors que "l'Italie a été pourtant condamné par la Cour Européenne des Droits de l'Homme pour n'avoir jamais poursuivi les individus responsables de violences policières contre les manifestants en 2001".

Pour eux, pas de doute, "c'est l'Italie du leader d'extrême-droite Salvini qui a relancé les investigations dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen, à l'encontre d'un militant antifasciste"

Selon le comité de soutien, plusieurs groupes pour la libération de Vincenzo Vecchi se sont créés dans différentes villes bretonnes et en France. Une vingtaine de rassemblements étaient prévus ce lundi soir, comme à Rochefort-en-Terre, à Paris, à Rennes, à Nantes, à Lorient, à Saint-Brieuc, à Douarnenez, à Fougères, à Guingamp, etc ...
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus