Morbihan : les plaisanciers vigilants ouvrent l’œil

Des plaisanciers de Locmiquélic dans le Morbihan ont créé la charte des plaisanciers vigilants. Objectif : dissuader les voleurs qui seraient tentés de dérober du matériel sur leurs embarcations.
Le port de Locmiquélic
Le port de Locmiquélic © C. Bélard - France Télévisions
C’est une mésaventure dont Yves Le Gad se serait bien passé. Il y a quelques mois, à la veille d’une navigation vers les Açores, il découvre que son électronique de bord a disparu. "C'est couteux, les assurances remboursent peu, on se sent démuni quand ça nous arrive".

Comme lui, nombreux sont les plaisanciers qui ont subi des vols ces deux dernières années dans les ports du Morbihan.


Des vols nombreux et organisés


Les voleurs, qui sont très bien organisés, s’intéressent aux moteurs, à l’accastillage mais surtout à l’électronique de bord comme les répéteurs de la marque Raymarine.

« Ce sont des pièces qui ne sont plus fabriquées aujourd’hui. Elles  intéressent les loueurs de bateaux étrangers, en Turquie, en Croatie ou en Grèce qui veulent changer leur matériel, explique Gérard Henry, président de l’Association des Usagers du Port de Locmiquélic. Alors, ils passent commande. »

Face à la recrudescence des vols, certains ports du Morbihan, comme Kernével à Lorient, ont choisi d’installer des caméras vidéo, des capteurs numériques ou des portails sécurisés avec accès par digicode.

Mais les usagers du port de Locmiquélic, qui ne compte pas moins de 700 bateaux, n'étaient pas convaincus par ces technologies.

"On était contre les portillons fermés, explique Gérard Henry. On ne voulait pas faire un ghetto de notre port et interdire aux gens d’accéder aux pontons. Et puis de toute façon, ce n’était pas satisfaisant car les voleurs viennent par la mer, la nuit, après avoir repéré le jour. Alors on a opté pour une mesure moins chère".
 
Le port de Locmiquélic
Le port de Locmiquélic © Corentin Bélard


Directement impliqués dans la surveillance


Après avoir longuement réfléchi, les usagers de Locmiquélic ont donc mis au point la charte du «plaisancier vigilant ». Tous ceux qui veulent s’impliquer dans la surveillance de leurs embarcations peuvent y adhérer.

Il suffit d’acheter un autocollant et de l’apposer sur son bateau ou sa place de ponton. Ainsi, chacun peut se reconnaitre, échanger ses coordonnées et à la moindre alerte, prévenir son voisin et informer la capitainerie qui à son tour appellera les gendarmes.

" La solidarité des gens de mer ne marche qu’en mer. A terre, plus personne ne se connait. Là, l’idée, c’est de créer du lien, que chacun connaisse son voisin, ses habitudes et puisse repérer ce qu’il y’a d’anormal ", précise Gérard Henry.
 

Moins de vols dans le port


L’autocollant coûte deux euros et une soixantaine de plaisanciers l’a déjà acheté comme Marc, un barbu costaud qui n’a jamais eu de vol sur son bateau mais a eu vent de plusieurs cas: "depuis que ça s’est mis en place, j’ai mis mon autocollant et je surveille. Mais je le faisais déjà avant comme tous les copains qui ont des bateaux sur le ponton."
 
Marc, un plaisancier vigilant
Marc, un plaisancier vigilant © Corentin Bélard

Conséquence : il y’a moins de vols dans le port aujourd’hui. Est-ce à cause des plaisanciers vigilants? Gérard Henry le pense car "les voleurs voient les stickers et ils savent qu’ici, les gens se méfient. Alors, ils font davantage attention."

Six ports du Morbihan ont pour l'instant repris le dispositif « plaisanciers vigilants » dont Port-Haliguen qui avait connu une importante vague de vols durant l’été 2018.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ports sécurité société