Plouhinec : des galettes des rois pour soutenir les sauveteurs en mer

A Plouhinec, dans le Morbihan, la galette des rois est non seulement un plaisir gourmand, mais aussi un geste solidaire envers les sauveteurs en mer. Un boulanger pâtissier reverse en effet un euro par galette vendue à la SNSM, un précieux coup de pouce pour l'association.

© Nicolas Corbard - France Télévisions

C'est en ce début janvier, le lancement de la saison de la galette des rois. Et en voulant associer gourmandise et solidarité, un boulanger pâtissier du Morbihan a décidé cette année de reverser un euro par galette à la SNSM. Un coup de pouce bienvenu pour les sauveteurs en mer, privés d'animations et donc de dons cette année en raison de la crise sanitaire.

 

Plouhinec (56) : des galettes des rois pour soutenir la SNSM

Des fèves à l'effigie de la SNSM

Il faut dire que le boulanger pâtissier de Plouhinec, Thierry Hafnaoui, connaît bien le monde de la mer, il navigue lui même. "On a toujours été partenaire. On aide la SNSM tous les ans, par de petites choses, beaucoup moins importantes que cette fois, car c'est hyper important !" explique le pâtissier. Alors cette année, il a d'abord décidé de soutenir l'association en achetant des fèves à l'effigie de la SNSM. Dix modèles différents pour 3000 fèves au total, dont 10% du prix est reversé aux sauveteurs par l'entreprise morbihannaise Armor Emballage, qui a l'exclusivité de la vente de ces fèves.
 

Les fèves à l'effigie de la SNSM
Les fèves à l'effigie de la SNSM © Isabelle Rettig - France Télévisions

Un euro par galette vendue, reversé à l'association

La galette des rois représente toujours un événement pour le début de l'année des pâtisseries. Actuellement et durant tout le mois de janvier ce sont ainsi entre 300 et 400 galettes, qui sont fabriquées chaque jour par l'atelier de Plouhinec et l'équipe de 38 salariés. Alors, le pâtissier a aussi pris la décision de reverser un euro par galette vendue aux stations de sauvetage du pays de Lorient et d'Etel. Deux des dix stations du Morbihan, qui compte aussi environ 200 sauveteurs, tous bénévoles.
 

L'atelier de la pâtisserie
L'atelier de la pâtisserie © Isabelle Rettig - France Télévisions

Un geste apprécié par les sauveteurs morbihannais

"On est toujours contents de voir qu'il y a des gens qui nous soutiennent et de tous les corps de métiers, apprécie Yannick Delval, le patron de la station d'Etel, Là c'est la boulangerie et c'est une très bonne initiative évidemment. L'année dernière a été particulière. On a annulé toutes nos fêtes et tout ce qui pouvait nous rapporter un peu d'argent. Donc là ça repart, c'est une première pour l'années et j'espère qu'il y en aura d'autres..." car la SNSM vit essentiellement grâce à ses bénévoles et aux dons des particuliers. Une station comme celle du pays de Lorient qui compte 28 sauveteurs, réalise une centaine de sorties par an et une trentaine d'interventions et tout cela a bien-sûr un coût, de 25 000 à 30 000€ par an.

Les sauveteurs de la station SNSM d'Etel (56)
Les sauveteurs de la station SNSM d'Etel (56) © Isabelle Rettig - France Télévisions

Bref, voilà une très bonne raison de se régaler, tout en faisant une bonne action ! Un argument qui semble d'ailleurs séduire les clients, "une très bonne initiative", commente l'une qui apprécie beaucoup ce genre d'attention, et qui en attire même certains, touchés par le geste.

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société mer sécurité