• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

A la GSI Pontivy, affronter le PSG a pour certains un parfum particulier

Fabrice Péru, milieu de terrain du GSI Pontivy, a déjà affronté le PSG en coupe de France / © F3
Fabrice Péru, milieu de terrain du GSI Pontivy, a déjà affronté le PSG en coupe de France / © F3

Sur la pelouse de la GSI Pontivy, à quelques jours d'un 32è de finale historique face au PSG, certains joueurs ont une émotion particulière. Comme Fabrice Péru, qui a déjà joué contre le club parisien en coupe de France, ou Willem Pierre-Charles, qui a joué au PSG avec les moins de 13 ans.

Par Stéphane Grammont

Fabrice Péru, le milieu de terrain de la GSI Pontivy, est le seul au club morbihannais à avoir déjà affronté le PSG. C’était, à quelques jours près, il y a tout juste sept ans. Le 9 janvier 2012.

À l'époque, Fabrice Péru jouait à Locminé. Le club morbihannais s’était hissé en 32e de finale de la coupe de France, et avait eu l’honneur de recevoir les parisiens.
 


L’équipe s’était inclinée 2 buts à 1, avec les honneurs. Un match que le milieu de terrain n’est pas prêt d’oublier, et qu’il ne pensait pas revivre un jour.

"Je pensais avoir fait le match de ma carrière" raconte Fabrice Péru, "ce jour là , on n’était pas passé loin de faire le casse du siècle".

 
Au GSI Pontivy, affronter le PSG a pour certains un parfum particulier
Isabelle Rettig, BEAUGEY Philippe. Intervenants: Fabrice Péru, milieu de terrain de la GSI Pontivy; Willem Pierre-Charles, attaquant de la GSI Pontivy; Yannick Blanchard, entraîneur de la GSI Pontivy.


Sur la pelouse du stade d’entraînement, aux côtés de Fabrice, Willem Pierre-Charles attend lui aussi ce match avec impatience. Le PSG, il connaît pour y avoir joué avec les moins de 13 ans.

"C’est un petit rêve de gosse qui va se réaliser, de jouer ce qui est pour moi la meilleure équipe du monde, je ne pouvais pas imaginer mieux" estime-t-il, même si certaines star comme Cavani ou Neymar ne seront pas du déplacement.

Il ne faudra pas pour autant suivre ce match en spectateur, insiste Yannick Blanchard, l'entraîneur de la GSI Pontivy. "On n’y va pas pour échanger les maillots ou prendre des autographes" précise-t-il, "on veut qu’il y ait un match, on veut qu'il y  ait un peu de suspense, et avec nos petits moyens, les mettre en difficulté".

Ce dimanche, au stade du Moustoir de Lorient, "il faudra qu'il y ait beaucoup de plaisir" conclut-il.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

L'histoire du football féminin

Les + Lus